Égalité entre l’homme et la femme

Top PDF Égalité entre l’homme et la femme:

L'éducation au genre et à l'égalité femme-homme en CE1

L'éducation au genre et à l'égalité femme-homme en CE1

Il existe une littérature à destination des élèves, permettant d’amorcer des réflexions sur le sujet de l'égalité et du genre. « Le p'tit dico des mots des grands » 25 mets par exemple des personnages de bandes dessinées en situation à la découverte de nouveaux concepts. Il est cependant nécessaire d'avoir un regard critique sur ce genre de matériel qui n'est pas conçu sous l'égide d'une institution mais par des éditeurs. Ainsi, bien que l'on puisse saluer le fait que la situation qui aborde l'égalité dans cet ouvrage traite de l'égalité entre hommes et femmes, on regrettera que dans celle qui est censée définir le mot « féministe », la notion soit définie comme « une femme qui veut que toutes les femmes aient les mêmes droits et les mêmes devoirs que les hommes ». Ou encore que l'histoire se termine sur le Grand Père disant à son petit-fils « Ha! Ha ! Pas de chance, Tom, ta sœur est une vrai féministe ». Cela participe à véhiculer une vision du féminisme excluante ou alors une vision dans laquelle un homme ne pourrait être féministe, et à répéter ces clichés qui font des féministes des personnes sources de tensions.
En savoir plus

50 En savoir plus

Égalité femme-homme et liberté religieuse : deux droits fondamentaux qui s’opposent ?

Égalité femme-homme et liberté religieuse : deux droits fondamentaux qui s’opposent ?

Conclusion Ce premier chapitre démontre que la femme tient définitivement une place importante et centrale dans les grandes traditions religieuses et que chacune d’elles a contribué jusqu’à ces dernières années du moins à reconnaître à la femme un statut d’égalité au début mais qui s’est amoindri à travers les siècles au point que la femme a connu de moins en mois d’importance face à l’homme. Grâce toutefois au mouvement féministe et son discours religieux, le regard de l’homme sur la femme est en constant changement, même s’il faudra être patient pour que celui-ci s’ajuste complètement. Ces dernières années laissent poindre à l’horizon de l’espoir pour que la femme joue un rôle aussi important que l’homme dans chaque religion comme nous l’avons démontré dans ce chapitre. Nous pouvons prendre conscience que dans l’hindouisme c’est davantage la tradition brahmaniste orthodoxe qui a maintenu la femme dans un statut inférieur; et ce serait ce modèle patriarcal retenu par la majorité des Indous qui maintiendrait la femme dans un rôle de subordonnée à l’homme; l’espoir demeure toutefois chez plusieurs intellectuels qui tentent de libérer la femme à l’intérieur même de la religion grâce à une relecture des textes fondateurs dans le but d’en arriver à son émancipation et à une égalité religieuse. Quant au bouddhisme, il aura tout de même contribué à mieux considérer la femme en Inde, même si cette dernière s’est vue diminuée après la mort du Bouddha. Quant aux trois religions monothéistes, le Conseil œcuménique reconnaît un problème d’ordination de la femme. Or le féminisme veille au grain et nous nous
En savoir plus

145 En savoir plus

Homme, femme, individualité, liberté, égalité

Homme, femme, individualité, liberté, égalité

La lecture de vos textes m’a fait voir que la culture de paix est liée au respect et à la dignité de la personne, au rejet de la violence sous toutes ses formes. Au bout du compte c'est fondamentalement, à mon sens, de la liberté de l'individu dont il est question. C'est ce rapport entre individualité, liberté, égalité et finalement citoyenneté que je voudrais aborder aujourd'hui pour en faire une lecture sexuée. Car, dans les philosophies sociales et politiques qui sont au principe de la définition des sociétés modernes, le rapport à l'individualité n'est pas conçu de la même façon pour les hommes et pour les femmes.
En savoir plus

6 En savoir plus

Pratiques info-communicationnelles des adolescent.e.s sur les réseaux socionumériques et engagement pour l'égalité femme/homme

Pratiques info-communicationnelles des adolescent.e.s sur les réseaux socionumériques et engagement pour l'égalité femme/homme

14 l’ensemble des personnels enseignants et d’éducation à l’égalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre les discriminations ». Plusieurs conventions interministérielles pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif, se sont succédées depuis les années 2000. La dernière date de 2019 10 et a été signée pour une durée de cinq ans par le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le Ministère des Armées, le Ministère de la Culture, le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Elle définit cinq axes d’objectifs : le pilotage de la politique d’égalité, la formation des personnels, la transmission aux jeunes d’une culture de l’égalité, la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, et la mixité dans les choix d’orientation et de filière. Dans le cadre scolaire, cet engagement est mis en œuvre par le.la recteur.rice, les chargé.es de mission académique pour l’égalité et les référent.e.s en établissements scolaires. Le développement de partenariats est encouragé, à travers l’intervention d’associations (Femmes et sciences, Elles bougent…) ou la participation à des concours (Olympes de la parole, Zéro Cliché du CLEMI…). Enfin, les actions éducatives organisées à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes le 8 mars et de la journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes le 25 novembre trouvent une place légitime dans l’ensemble de ce cadre réglementaire.
En savoir plus

88 En savoir plus

Contre l’égalité entre l’homme et la femme : la jurisprudence de la Cour constitutionnelle du Congo

Contre l’égalité entre l’homme et la femme : la jurisprudence de la Cour constitutionnelle du Congo

8 des sceptiques qui moquant gentiment les premiers prédisaient la perpétuité de sa position conservatrice « à l’analyse de l’ensemble de son œuvre » 67 . L’histoire dit-on est un éternel recommencement. Celle de l’égalité entre l’homme et la femme se répète et remet en cause les innovations congolaises en matière de justice constitutionnelle 68 . A l’exemple de la décision N°004/DCC/SVA/20 on ne peut pas dire que « la greffe a réussi » 69 . La Cour résiste à apparaître dans le contentieux des droits fondamentaux 70 avec le nouveau « visage d’une juridiction constitutionnelle » 71 qu’elle a reçu par « une véritable entreprise de chirurgie juridique » 72 réalisée sous l’onction du constituant 73 et « le syndrome de l’émancipation culturelle et juridique » 74 des plus hautes autorités de l’État élevant « à la tâche de juge constitutionnel non pas essentiellement des constitutionnalistes mais ceux d’entre les juristes qui ont élaboré la constitution ou en comprennent le langage » 75 . En clair, au regard de l’apport des « professeurs de droit membres du Conseil constitutionnel » 76 on a l’impression que leurs homologues nommés à la Cour congolaise font une part belle à son regard misogyne en y assurant une spécieuse « performativité du langage constitutionnel » 77 . Même s’il faut sans s’appesantir sur d’autres facteurs 78 admettre que la Cour avait manifesté depuis longtemps ses appétences sexistes. Ainsi qu’on peut le soutenir avec la décision du 30 juin 2003 aux termes de laquelle la Haute instance sanctifie la réprimande pénale de l’adultère de la femme sous prétexte de sauvegarder l’intérêt général et l’état des mœurs 79 .
En savoir plus

12 En savoir plus

Conditionnalité « égalité homme/femme » (projet Feder)

Conditionnalité « égalité homme/femme » (projet Feder)

accomplir cette mission;  rendre des avis sur les mesures réglementaires; rendre des avis sur les mesures réglementaires;  suivre la problématique de l’égalité entre hommes et suivre la problématique de l’égalité entre hommes et femmes dans les autres niveaux de pouvoir.

30 En savoir plus

Femme-nature Homme-culture ? Dépasser les dualismes avec l'écoféminisme dans la littérature pour adolescents

Femme-nature Homme-culture ? Dépasser les dualismes avec l'écoféminisme dans la littérature pour adolescents

Edition 2018 » 6 en ligne sur le site du gouvernement dresse un état des lieux édifiant : l’écart de salaire moyen entre les hommes et les femmes est toujours de 24%, le temps supplémentaire que consacrent les femmes aux tâches domestiques par rapport aux hommes estimé à 1h30 par jour, 67% des jouets présentés dans un catalogue à destination des enfants ne sont pas mixtes. Sur le plan des violences, une femme décède en France tous les trois jours, victime de son conjoint. Dans les domaines du travail, des médias, à la maison, dans la rue, l’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas acquise. Comme le rappellent de nombreux sociologues, ces différences de traitement débutent dès la petite enfance, notamment à travers l’éducation et la socialisation, et découlent de représentations genrées différenciées 7 . Ces idées de ce que sont une fille ou un garçon transparaissent dans nos objets culturels, à la fois en tant que miroirs de la société dans laquelle ils ont été conçus, créés, diffusés, et donc porteurs d’idéologies et de représentations, mais aussi comme agents éducatifs d’une pensée qu’ils contribuent à transmettre et à perpétuer. Le livre pour adolescent ne fait pas exception : sa nature éducative et pédagogique n’est plus à démontrer. Plusieurs chercheurs – et souvent chercheuses – se sont penché.e.s sur les représentations des personnages masculins et féminins dans les ouvrages à destination des plus jeunes 8 , pour mettre en lumière la présence de stéréotypes bien ancrés dans la tradition littéraire attribuant des rôles prédéterminés selon le genre des personnages. Aujourd’hui encore, comme l’explique la doctorante Clémence Perronnet, les petites filles sont élevées de sorte qu’elles deviennent « douces, mignonnes » et les garçons « éveillés, costauds », les premières étant davantage retenues dans la sphère familiale, sollicitées pour les tâches domestiques, tandis que les seconds sont encouragés à s’engager dans des activités sportives et à s’éloigner du foyer 9 . Or, ces différences entre sexes sont nourries par une
En savoir plus

111 En savoir plus

Égalité et identité ne sont pas synonymes

Égalité et identité ne sont pas synonymes

Enfin, nous aimerions savoir si elle accepte le fait bien démontré que l’humain et les grands singes ont eu des ancêtres communs, et donc que la comparaison du comportement entre les primates vivants actuellement nous informe de notre propre évolution (Chapais, 2011). Si les femelles chimpanzés et bonobos expriment plus d’empathie que les mâles (De Waal, 2013), tout comme chez les humains, est- ce uniquement dû à l’apprentissage ou est-ce une habileté essentielle aux fonctions maternelles? L’ambivalence de Cossette quant à son acceptation de l’importance des facteurs biologiques s’explique probablement par sa crainte d’un étiquetage qui limiterait l’émancipation des femmes. En fait, le danger de catégoriser les gens est bien réel et il faut rester vigilant aux interprétations abusives. Les stéréotypes peuvent être tout autant nuisibles aux hommes qu’aux femmes. On a par exemple beaucoup entendu au cours des dernières décennies la généralisation disant que les hommes sont fondamentalement violents et même qu’ils sont tous potentiellement des violeurs. En réalité, les hommes utilisent plus souvent l’agression physique que les femmes dans leurs conflits et avec une plus grande variabilité interindividuelle. Cette caractéristique n’est que le reflet de leur plus grande tendance à prendre davantage de risques (Baker & Maner, 2008; Byrnes, Miller, & Schaffer, 1999; Farthing, 2007). Les risques peuvent être autant psychologiques que physiques, et ce, dans toutes les activités de la vie quotidienne comme les situations conflictuelles, la conduite automobile, la consommation d’alcool et de drogues, les décisions financières et les activités de plein air (Pawlowski, Atwal, & Dunbar, 2008). Les pères ont aussi tendance à inviter leurs enfants, surtout les garçons, à prendre davantage de risques au cours de leurs explorations (Paquette & Dumont, 2013). La plus grande prise de risque des hommes a résulté de la sélection sexuelle, cette forme de sélection qui retient les caractères anatomiques et comportementaux procurant un avantage reproductif à un individu par rapport aux autres du même sexe (Darwin, 1871). Par la prise de risque, l’homme peut démontrer à la femme ses capacités en tant que protecteur et pourvoyeur de ressources, mais il peut également montrer aux autres hommes qu’il est un adversaire de taille (Wilke, Hutchinson, Todd, & Kruger, 2006). Les femmes préfèrent un homme qui prend des risques, mais pas au point où ce comportement pourrait lui coûter la vie, parce que, dans un tel cas, elles risqueraient de se retrouver seules à élever leur progéniture, à moins que ce soit un acte héroïque (Farthing, 2007).
En savoir plus

3 En savoir plus

Égalité, complémentarité, concurrence. La violence entre les “sexes” au Sénégal à l’épreuve du “genre”

Égalité, complémentarité, concurrence. La violence entre les “sexes” au Sénégal à l’épreuve du “genre”

12 Or, le Président du tribunal va plus loin encore dans ses remarques critiques en s’attachant au fait que la prise en charge de la VBG demanderait la sexuation du droit. Il affirme que le Code pénal sénégalais « a été toujours centré sur la protection des sujets vulnérables, notamment la femme et les enfants. Donc pourquoi il y aurait-il besoin d’insister, de créer de nouveaux délits, de souligner cette spécificité ? » (Cdt, juillet 2019). Ses mots résonnent avec ceux d’un avocat qui, quelques jours après, dans une salle d’audience était en train de taquiner une collègue, en lui disant qu’elle était devenue féministe, car elle s’occupait maintenant que des cas de viols. De son point de vue, il fallait « arrêter cette importation de l’extérieur d’un discours conflictuel qui n’appartient pas à la société sénégalaise, à la société africaine » (Cdt, juillet 2019) au sens large. Une société où, d’après lui, les femmes seraient respectées et la complémentarité entre l’homme et la femme serait une valeur centrale, comme leur synergie au sein du ménage. « Ce sont les Européennes qui sont tuées, ce sont leurs problèmes à elles […]. Ce n’est pas le problème des Sénégalaises, ici la mère est le pilier de la société. Elle n’est pas tuée, mais adorée » (Ibidem). Les faits divers et les recherches (Bop 2010) contredisent cette dénégation de l’assassinat, et nous demandent de questionner l’argumentaire qui fait du conflit sexué une importation allochtone et de la complémentarité autochtonisée la preuve de l’équité entre les genres.
En savoir plus

21 En savoir plus

Liberté de religion ou égalité entre les sexes?  La Cour suprême du Canada se prononce sur un cas de divorce

Liberté de religion ou égalité entre les sexes? La Cour suprême du Canada se prononce sur un cas de divorce

adoptée par leurs collègues en ce qui concerne l'inéluctabilité d'une prise en considération de l'argument religieux, soulignant que le droit canadien n'interdit bien sûr pas l’examen par les tribunaux de questions à caractère religieux, à condition que la réclamation soit fondée sur la violation d'une règle reconnue en droit positif. Dans le cas présent, la réclamation de l'épouse ne portait pas sur la violation de ses droits civils par une norme civile émanant du droit positif. De fait, personne, en droit canadien ou québécois, ne l'empêchait de se remarier ou d’avoir d'autres enfants (qui auraient joui des mêmes droits que tout autre citoyen canadien), donc sa situation provenait strictement d'une conviction religieuse. En l'espèce, la minorité dissidente ne reconnaît pas à l'entente entre les deux conjoints la qualification juridique de contrat : du moment que ni les engagements à consentir un divorce religieux, ni le divorce religieux lui-même n'ont de conséquences civiles, et que les parties n'avaient donc pas l'intention de souscrire une opération juridique, l’un des éléments essentiels à la formation du contrat, soit l'objet, est inexistant 29 .
En savoir plus

26 En savoir plus

Sans égalité, pas de ville durable

Sans égalité, pas de ville durable

Sans égalité, pas de ville durable La Revue du projet, n°52, décembre 2015, p. 40 et 41 Yves Raibaud, Géographe, Université Bordeaux Montaigne. [email protected] Au moment où se met en place un consensus sur la ville durable, on est pris d’un doute. Cette ville verte, postcarbone, sans voiture, cette ville où l’on peut flâner, faire des rencontres, se déplacer à pied ou en vélo, faire du sport, est-ce que tout le monde pourra en profiter ? La question, qui reste généralement sans réponse, suscite des propos hostiles, culpabilisateurs, voire anxiogènes. Comment peut-on critiquer la ville durable alors que le monde est menacé par une catastrophe climatique ? Quid de l’épuisement des énergies fossiles ? De la pollution aux microparticules, qui tue prématurément des milliers de personnes chaque année ? Comment cautionner l’enfer des embouteillages, le remplacement des espaces verts par des parkings ? Le manque d’activité physique des automobilistes, comparé à la belle santé des piétons et des cyclistes ?
En savoir plus

3 En savoir plus

Liberté, égalité, ambivalence

Liberté, égalité, ambivalence

- 67 - principales victimes des discriminations touchant les habitants des cités » 107 . Au-delà de ces catégories particulières de personnes, le principe d’égalité semble légitimer les inégalités de fait dans la concurrence des individus entre eux, y compris aux yeux de ceux susceptibles d’y perdre : « en posant le principe de l’égalité entre les individus, en particulier sous la forme de l’égalité des chances, les sociétés démocratiques individualisent l’inégalité ; si le jeu est ouvert et que tout le monde peut concourir et être classé selon son mérite, l’échec est imputable à l’individu lui- même » 108 . Ainsi, le concours, concrétisation du principe d’égalité en matière de formations et d’attribution d’emplois publics, a pour effet notable que tout le monde accepte que les candidats issus de milieux favorisés aient infiniment plus de chances que les autres de remporter les positions les plus prestigieuses 109 .
En savoir plus

18 En savoir plus

Effets d'une rééducation vocale adaptée à la personne transsexuelle « Homme vers Femme » (Male-to-Female)

Effets d'une rééducation vocale adaptée à la personne transsexuelle « Homme vers Femme » (Male-to-Female)

Résumé Cette étude s'est intéressée au domaine de la voix, et plus particulièrement au cas des personnes transsexuelles MtF, ou « Male - to - Female », désirant féminiser leur voix. Les orthophonistes sont de plus en plus sollicités pour effectuer ce type de prises en charge, et se trouvent démunis face à ce phénomène grandissant. Aujourd'hui, ces professionnels de la voix bénéficient rarement de cours théoriques et pratiques dans ce domaine spécifique de la thérapie vocale. Partant de ce constat, l'étude présentée ici a émis l'hypothèse qu'une prise en charge vocale adaptée, proposant des axes de rééducation spécifiques à la féminisation vocale, pourrait aider ces professionnels de la voix dans l'exercice de leur art. Nous avons alors répertorié et explicité ces pistes de rééducation spécifiques, parmi lesquelles nous comptons des axes vocaux (fréquence, résonance, articulation, prosodie, débit élocutoire, attaques vocales, intensité vocale), des axes verbaux (lexique, structures syntaxiques), et enfin des axes non verbaux (gestualité et postures). Ensuite, nous avons souhaité prouver la validité de ces pistes en proposant une prise en charge vocale à 6 patientes MtF, pendant 4 mois, soit 16 séances orthophoniques. Pour obtenir des résultats objectifs quant à ce suivi, nous avons sollicité 20 personnes, constituant un jury d'écoute naïf et ignorant le thème de notre étude. Ces jurés ont jugé entre autres le caractère féminin des voix de nos patientes, avant puis après rééducation vocale. À la lumière des résultats obtenus, il apparaît que 4 patientes sur 6 présentent une voix plus féminine après notre prise en charge, d'après le jury d'écoute. De plus, 4 patientes sur 6 présentent aussi une amélioration de leur sentiment de handicap vocal, comme en témoigne leur score du Voice Handicap Index (VHI) ayant évolué favorablement entre nos deux bilans orthophoniques. Au final, nos analyses cliniques révèlent une évolution favorable de 5 patientes sur 6, qu'elles aient évolué dans le sens d'une féminisation vocale ou qu'elles ressentent un mieux-être par rapport à leur voix, après notre suivi. Cette étude met donc en évidence l'intérêt d'une prise en charge orthophonique spécifique, pour accompagner ces patientes dans leur quête de féminité vocale.
En savoir plus

142 En savoir plus

Liberté ou égalité?

Liberté ou égalité?

how their situation compares with the satisfaction of others and de- part from the standard model of the rational economic agent in other ways. If people display bounded rationality when it comes to maxi- mizing utility, then their choices do not necessarily reflect their "true" preferences, and an exclusive reliance on choices to infer what people desire loses some of its appeal." (Kahneman and Krueger 2006, p.5) McFadden (2006) soutient par ailleurs que cette difficulté de faire de bons choix soulève des enjeux fondamentaux pour des problèmes de politique économique comme la dérèglementation et l’ouverture des marchés. Une des conséquences des imperfections décisionnelles est ainsi qu’une plus grande étendue de choix et une plus grande responsabilisation ne mènent pas nécessairement à de meilleurs choix. Cela contrevient manifestement aux enseignements habituels de la science économique. Ainsi, non seulement une plus grande égalité peut-elle assurer une meilleure répartition des libertés réelles, mais en renforçant la liberté morale de chacun elle peut contribuer d’une double manière au mieux-être de toute la col- lectivité.
En savoir plus

46 En savoir plus

Entre couleuvre et vipère : contacts entre homme et bête et ambivalence du serpent chez les Grecs

Entre couleuvre et vipère : contacts entre homme et bête et ambivalence du serpent chez les Grecs

à retrouver les différentes espèces de se rpent s connues par les Grecs de 1' époque. Grâce à ces descriptions préci s es et parce qu ' il s'intéresse uniquement a[r]

143 En savoir plus

Au-delà des mots... La communication non verbale dans la relation entre femme et sage-femme

Au-delà des mots... La communication non verbale dans la relation entre femme et sage-femme

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

76 En savoir plus

Analyse critique des rapports entre égalité et liberté chez Rawls, Nozick et Nielsen

Analyse critique des rapports entre égalité et liberté chez Rawls, Nozick et Nielsen

Chez Nielsen, étant donné que la liberté comme autonomie requiert l’égalité des conditions et que cela peut justifier la restriction de certaines libertés, le rapport d’opposition qu’il [r]

143 En savoir plus

Croyance en un monde juste comme médiateur dans la relation entre égalité perçue des sexes et locus de contrôle au travail

Croyance en un monde juste comme médiateur dans la relation entre égalité perçue des sexes et locus de contrôle au travail

Les résultats de la première recherche démontrent une médiation de BJW sur la relation entre l’égalité des sexes perçue et le locus de contrôle. La deuxième recherche confirme ce résultat: les deux BJW médiatisent la relation entre l’égalité des sexes perçue et le locus de contrôle.

3 En savoir plus

Approche cognitive pour la représentation de l’interaction proximale haptique entre un homme et un humanoïde

Approche cognitive pour la représentation de l’interaction proximale haptique entre un homme et un humanoïde

This criterion is not valid in our case however, since a human partner applies forces on the robot’s grippers that might stabilize the robot even if the ZMP lies on the edge of the suppo[r]

228 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | L'homme est-il un animal ? Le concept « Homme » entre le familier et le scientifique

ARTheque - STEF - ENS Cachan | L'homme est-il un animal ? Le concept « Homme » entre le familier et le scientifique

3. QU’EN EST-IL CHEZ LES ENSEIGNANTS ? 3.1 La classification du vivant dans les programmes et manuels Nous précisons que le programme de 2006-2007, destiné aux élèves de la 7 e année de base (qui correspond à la 6 ème de l’enseignement français), introduit le concept de diversité biologique. Dans ce nouveau programme, on aborde d’abord l’étude des milieux naturels et des relations qui existent entre ses composantes. La classification du vivant est étudiée afin d’éclairer le concept de diversité biologique. L’unité des êtres vivants est abordée à l’échelle cellulaire.
En savoir plus

9 En savoir plus

Show all 10000 documents...