Espace et temps.

Top PDF Espace et temps.:

Mobilité, espace et temps. Quelle mémoire pour la réalité augmentée ?

Mobilité, espace et temps. Quelle mémoire pour la réalité augmentée ?

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

8 En savoir plus

Espace et temps dans l'organisation des territoires de la vie quotidienne

Espace et temps dans l'organisation des territoires de la vie quotidienne

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

5 En savoir plus

Anton Marty. Espace et Temps

Anton Marty. Espace et Temps

Marty apporte dans cet ouvrage publié à titre posthume une nouvelle approche de la question du « jugement thétique », y intégrant sa philosophie du temps et de la causalité. Le mode temporel (présent, passé ou futur) devient une partie constituante de la « quantité » du jugement, et n’est plus, comme chez Brentano, un mode primaire de la représentation.

2 En savoir plus

Groupes sociaux, espace, temps : échos d'un dialogue entre un anthropologue et un physicien

Groupes sociaux, espace, temps : échos d'un dialogue entre un anthropologue et un physicien

points matériels ; ce sont les briques de notre monde et leurs mouvements marquent les phénomènes offerts à notre investigation 8 . Plutôt que de dire que ces points sont repérés par des coordonnées mesurées dans un cadre spatial et temporel qui préexisterait, nous soulignerons qu’espace et temps eux-mêmes sont construits par la comparaison des divers phénomènes entre eux. Il n’y a pas de règles ni d’horloges indépendantes du monde, qui pourraient nous permettre de définir et repérer a priori le temps et l’espace. Nous ne pouvons que comparer des phénomènes à d’autres phénomènes, ou encore des mouvements à d’autres mouvements. Pour faire progresser cette construction des concepts de temps et d’espace, nous ferons un partage entre les points matériels, basé sur leurs mouvements : d’un côté, les points matériels dont les mouvements relatifs sont considérés comme nuls ou négligeables ; ils peuvent servir de support à la définition de corps solides, ou de règles et de repères spatiaux, qui en extrapolent les propriétés à tout l’espace. D’un autre côté, les points dont les mouvements par rapport aux premiers ne sont plus négligés ; ils servent à définir des horloges et avec elles le temps. Ainsi les bornes ancrées sur les montagnes de la terre ne bougent pas trop relativement les unes aux autres ; elles sont le support de notre représentation de l’espace. Cette immobilité relative s’oppose par exemple au mouvement apparent du soleil qui nous sert à mesurer le temps. L’utilisation aujourd’hui de la propagation de la lumière dans les horloges atomiques joue le même rôle. Dire que nous définissons l’espace et le temps par comparaison entre des mouvements semble contenir une contradiction, dans la mesure où le mouvement lui-même semble demander préalablement la définition du temps et de l’espace. On s’accommode provisoirement de cette contradiction (que nous verrons indépassable) en s’appuyant à un moment donné sur un phénomène particulier, que l’on va montrer, et dont les qualités ne peuvent être rapportées à d’autres phénomènes. On le choisit arbitrairement (c'est- à-dire par le libre arbitre) et on lui donne un caractère absolu. Ainsi nous choisissions dans le passé le mouvement du soleil autour de la terre de vitesse constante et égale à un tour par 24 heures ; nous choisissons aujourd’hui la propagation de la lumière dont la célérité est une constante universelle. On ne peut décider de la variation des étalons ainsi construits dans la mesure où ils servent à mesurer tout le reste. Comme nous le commenterons dans la section 6, il subsiste de cette démarche une incertitude résiduelle irréductible.
En savoir plus

27 En savoir plus

SUR L'’ESPACE-TEMPS D'’EINSTEIN

SUR L'’ESPACE-TEMPS D'’EINSTEIN

augmenter le champ d’´etude de l’univers par ce proc´ed´e, en prenant des chemins ayant la propri´et´e d’extension analytique par morceaux. Le mod`ele des syst`emes dimensionnels en un ´ev´enement ω a ´et´e d´evelopp´e `a partir d’une id´ee de Guy Cherbit qui propose l’existence d’un champ du vide qui ”interagit” entre les dimensions. C’est un champ qui se propage entre les dimensions et qui lie les dimensions entre elles. Prolongeant cette id´ee, on peut g´en´eraliser la notion de dimensions complexes en regardant x, y et z comme des parties r´eelles de dimensions complexes et t comme la partie imaginaire d’une dimension complexe. Avec cette pr´esentation le champ du vide peut ˆetre d´efini par une application de l’univers ` a valeurs dans les matrices hermitiennes. L’univers doit ˆetre un espace mesur´e, de mesure dλ et les dimensions ψ sont des ´el´ements de L 2 (Ω, dλ). Ces
En savoir plus

17 En savoir plus

Nouvelle méthode générale de construction des meilleurs codes temps-espace en treillis équilibrés

Nouvelle méthode générale de construction des meilleurs codes temps-espace en treillis équilibrés

[email protected] R´esum´e – R´ecemment, il y a ´et´e ´etabli que les meilleurs codes temps-espace en treillis (STTCs) appartiennent `a une classe sp´ecifique de codes. Ces codes sont appel´es ” codes ´equilibr´es ” parce que les points de la constellation MIMO (multiple input multiple output) sont utilis´es de mani`ere ´equiprobable. Ainsi, la recherche des meilleurs codes peut ˆetre r´eduite `a cette classe. Ce papier pr´esente une nouvelle m´ethode pour construire les codes ´equilibr´es utilisant une modulation 2 n -PSK, quel que soit le nombre d’antennes d’´emission. Cette m´ethode est plus simple que la premi`ere m´ethode qui est d´ecrite uniquement pour une modulation 4-PSK et peut ˆetre g´en´eralis´ee pour n’importe quelle configuration de codeur temps-espace en treillis. Les r´esultats de simulation montrent que les nouveaux codes propos´es pour les modulations 4-PSK et 8-PSK sont l´eg`erement plus performants que les meilleurs codes pr´ec´edemment publi´es.
En savoir plus

5 En savoir plus

Espace et récit : l’inscription des temps dans la ville : parcours stochastiques chez Julio Cortázar

Espace et récit : l’inscription des temps dans la ville : parcours stochastiques chez Julio Cortázar

de travail : le montage littéraire. Je n’ai rien à dire. Seulement à montrer. Je ne vais rien dérober de précieux, ni m’approprier les formules spirituelles. Mais les guenilles, le rebut : je ne veux pas en faire l’inventaire, mais leur permettre d’obtenir justice de la seule façon possible : en les utilisant » 125 . En ce sens la nouvelle doit toujours être vue comme fragment, comme une ébauche de ce récit total qui saura restituer chaque chose à sa place. Cortázar organise d’ailleurs encore ici comme c’était le cas dans Rayuela les éléments selon qu’ils appartiennent à « ce côté-ci », ce côté là ou à « l’autre coté » (autre coté qui ici est possible grâce à un autre ciel) représentés dans la nouvelle comme du côté de la Bourse, du coté des galeries et du coté vers lequel mène les galeries. C’est dire parallèlement qu’il fonde encore son récit sur un passé et un présent relatif et sur un troisième « lieu » du temps qui appartient à « l’entre deux », espace résiduel de ce qui n’est ni de ce côté-ci ni de ce côté-là mais appartenant au soi et rien qu’au soi. Toujours deux villes plus un espace résiduel et créatif. Le cas de El otro cielo est exemplaire à cet égard puisque la difficulté de ramener deux époques et deux villes en un même trajet du personnage implique un rapport sémantique constant entre les éléments. Il réussit à monter les fragments pour faire émerger du sens et les déplacer par rapprochements subjectifs afin de leur donner une continuité. Mais ces rapprochements, instinctifs, instantanés, surgissent dans l’expérience, dans cet état de rêve éveillé tant souhaité par Cortázar. Le temps du rêve éveillé est aussi bien souvent celui de la mémoire retrouvée, de l’enfance qui ressurgit par spasme, comme un savoir enfoui qui se présente comme une nouvelle énigme de sens. L’expérience de Paris, pour Cortázar, est cette ville nouvelle à laquelle il peut attacher les repères géographiques nécessaires au déroulement de son récit mais qui ne peuvent pallier à ce manque de souvenir, de richesse due au temps passé dans une ville. Le montage des fragments devient également une manière d’implication du lecteur en ce que les vides laissés par les fragments, les coupes, seront toujours pour le lecteur une porte ouverte à la réflexion, à une lecture ouverte de l’oeuvre 126 . La construction de Rayuela en témoigne, l’auteur ayant accumulé des années durant, des anecdotes de la ville, des coupures de journaux, des pensées, et ayant débuté son écriture sur une scène dont il fut lui-même témoin (la scène du pont entre les deux balcons). L’auteur tente de cerner un Buenos Aires qui lui est proche,
En savoir plus

143 En savoir plus

Analyse numérique d'une méthode de raffinement de maillage espace-temps pour l'équation des ondes

Analyse numérique d'une méthode de raffinement de maillage espace-temps pour l'équation des ondes

Unit´e de recherche INRIA Lorraine, Technopˆole de Nancy-Brabois, Campus scientifique, ` NANCY 615 rue du Jardin Botanique, BP 101, 54600 VILLERS LES Unit´e de recherche INRIA Rennes, Ir[r]

119 En savoir plus

Sur l'extensibilité d'une stratégie de calcul multiéchelle et parallèle avec homogeneisation en temps et en espace

Sur l'extensibilité d'une stratégie de calcul multiéchelle et parallèle avec homogeneisation en temps et en espace

où H + , H − , h + et h − sont des opérateurs symétriques, définis, positifs qui sont des paramètres de la méthode. La prise en compte des aspects multiéchelles est réalisée en séparant les quantités d’inter- faces en une partie macro (caractérisée par la taille de chaque interface en espace et par la durée des intervalles macro en temps) et son complément micro. Pour une quantité ˙ W E ∈ W E , les

7 En savoir plus

Mesures résolues en temps et en espace d'ondes à la surface de l'eau : Application aux modes piégés

Mesures résolues en temps et en espace d'ondes à la surface de l'eau : Application aux modes piégés

Zhang and Su ( 2002 ) proposed a particular fringe projection profilometric technique commonly known as Fourier transform profilometry (FTP) (see Takeda et al. 1982 ; Takeda and Mutoh 19[r]

118 En savoir plus

Compromis espace-temps pour le problème de k plus courts chemins simples

Compromis espace-temps pour le problème de k plus courts chemins simples

Mots-clefs : k plus courts chemins simples, algorithmes de graphes, compromis complexit´e espace-temps 1 Introduction The classical k shortest paths problem (kSP) returns the top-k shortest paths (SP) between a source and a destination in a digraph. This problem has numerous applications in various kinds of networks (road and transportation networks, communications networks, social networks, etc.) and is also used as a building block for solving optimization problems. Let D = (V, A) be a digraph with n vertices and m arcs, and with a weight function ω : A → R + on its arcs. A (directed) s-t path is a sequence (s = v 0 , v 1 , · · · , v l = t) of
En savoir plus

5 En savoir plus

Schémas d'ordre élevé en espace et/ou en temps pour l'équation des ondes acoustiques 1-D

Schémas d'ordre élevé en espace et/ou en temps pour l'équation des ondes acoustiques 1-D

Unit´e de recherche INRIA Lorraine, Technopˆole de Nancy-Brabois, Campus scientifique, ` NANCY 615 rue du Jardin Botanique, BP 101, 54600 VILLERS LES Unit´e de recherche INRIA Rennes, Ir[r]

40 En savoir plus

"Temps" et "espace" de la puissance : instantanéité et image dans la compréhension du concept en relations internationales

"Temps" et "espace" de la puissance : instantanéité et image dans la compréhension du concept en relations internationales

Cette proposition confond l'observateur plus qu'elle ne le guide vers la compréhension du terme dans la mesure où elle s'avère critiquable, paradoxalement, à la fois comme [r]

134 En savoir plus

Sur la dynamique des fluides dans le domaine de communication extérieur d'un espace-temps de Schwarzschild

Sur la dynamique des fluides dans le domaine de communication extérieur d'un espace-temps de Schwarzschild

de Riemann avec les ´ etat U L , U R . Ce sch´ ema, tout d’abord, est capable de bien pr´ eserver une solution r´ eguli` ere ainsi qu’une solution stationnaire faible qui contient un choc stationnaire. Finale- ment, comme nous pouvons avoir toujours une borne de la variation totale de ln ρ sur [2M + δ, +∞) o` u ρ est la densit´ e des fluides, le Th´ eor` eme d’Helly nous permet d’avoir une limite des solutions approximatives pour ∆r → 0 et cette function limite est ex- actement une solution faible du mod` ele d’Euler dans l’espace-temps de Schwarzschild pour r > 2M .
En savoir plus

234 En savoir plus

Le parcours à l’oeuvre. Temps, espace et déplacement dans l’oeuvre de Matthew Barney

Le parcours à l’oeuvre. Temps, espace et déplacement dans l’oeuvre de Matthew Barney

performances d’acteur de cinéma et performances plasticiennes. Les différentes trames narratives entrelacées au sein de chaque vidéo font également écho aux récits des autres parties du cycle /1 , ren- voyant à l’architecture globale du projet. Le fil des narrations est à la fois entrelacé, multiple et rhizomatique. Le contenu du cycle est cryptique, sa lecture conjecturale. Ici, tout est jeu de confluences : récits entrelacés, pratiques artistiques confondues, mélanges des genres – dans tous les sens du terme. La lecture du cycle est inévi- tablement multiscalaire et nécessite un va-et-vient permanent entre les différentes strates de l’œuvre. En soi, le jeu auquel se livre Barney est singulièrement hybride. Ses vidéos sont le lieu d’une pratique d’exercices variés de performances chorégraphiques, de jeux athlé- tiques et de sculptures corporelles. À la fois captées et dirigées, à mi- chemin entre la saisie documentaire de performance et la réalisation cinématographique, ces actions /2 adviennent dans un flux d’images dont la nature n’aide guère à la compréhension de ce qui y est mon- tré, en raison de tant d’ellipses, de temporalités confondues. Les séquences y sont alternées, déconstruites par un montage ouvert à la scansion. Le temps de l’énonciation est fragmenté, sa réception forcément parcellaire.
En savoir plus

14 En savoir plus

Une stratégie de calcul multiéchelle avec homogénéisation en temps et en espace pour le calcul de structures fortement hétérogènes

Une stratégie de calcul multiéchelle avec homogénéisation en temps et en espace pour le calcul de structures fortement hétérogènes

1 · ˙u 1 + F ? 2 · ˙u 2 ) ds = 0 (I.6) En injectant dans les équations ( I.5 ) un schéma d'intégration classique, un pro- blème sur un sous-domaine peut par exemple être formulé en vitesse à un pas de temps de la partition temporelle associée. Ces problèmes étant linéaires, la solu- tion sur chaque sous-domaine peut clairement s'écrire comme la somme de deux solutions, dites libre (notée "li") et connectée (notée "co"). Les solutions libres dé- pendent des données et de la solution aux pas de temps précédents et peuvent donc être calculées indépendamment sur chaque sous-domaine. Les solutions connectées dépendent du champ d'eort sur Γ. Si les grilles temporelles sont identiques, on peut classiquement se ramener à un problème de Schur dual sur l'eort d'interface au pas de temps considéré. An de pouvoir traiter ce problème couplé pour des par- titions temporelles diérentes, les auteurs choisissent de dénir toutes les variables d'interface, eorts et vitesses, sur la grille grossière T2, une simple interpolation li- néaire permettant d'obtenir leurs valeurs sur la grille ne T1. Ils proposent alors un
En savoir plus

218 En savoir plus

Temps, espace et identités : recherches sur les coexistences religieuses dans la Rome tardo-antique (312-410)

Temps, espace et identités : recherches sur les coexistences religieuses dans la Rome tardo-antique (312-410)

Conditionnant le quotidien, rythmant la société, structurant la vie religieuse, c’est bien au temps et à son partage qu’est consacrée la première partie, laquelle est structurée en trois chapitres. Après un préambule soulignant l’importance du rapport au temps dans la construction de l’identité chrétienne, nous reconstruisons ce qu’était cette structuration temporelle de fond sur laquelle est venu se greffer le temps chrétien : autrement dit, quels sont les éléments structurants du calendrier et quels sont leurs impacts respectifs sur la marche de la société ? Le titre de ce premier chapitre contient une référence chronologique à la période entourant 354 dans la mesure où le document exceptionnel qu’est le calendrier de cette année constitue le fil rouge de cette reconstitution, à la fois dans ce qu’il dit mais aussi dans ce qu’il ne dit pas ou plus. L’utilisation d’autres sources pour compléter ce document conduit inévitablement à étendre le champ chronologique. Pour comprendre pleinement en quoi ce calendrier de 354 traduit de l’innovation ou de la tradition, en quoi il est illustratif ou lacunaire, il faut d’abord le replacer dans le cours de l’évolution du système calendaire. On peut ensuite discuter des réalités temporelles qu’il donne à voir : de la qualification des jours en fonction de la notion de férié ou de l’astrologie aux rythmes d’origine économique (nundines, vacances liées à la vie agricole) en passant par les scansions civiles et politiques (sessions sénatoriales, entrée en charge des magistrats, calendes de janvier, etc.). La part belle est naturellement réservée aux fêtes religieuses qui représentent, quantitativement, la composante la plus importante du calendrier. Il ne s’agit pas ici de reprendre dans son ensemble un dossier déjà bien exploré, mais d’axer l’analyse sur deux objectifs prioritaires : d’une part, fournir un tableau récapitulatif des fêtes attestées à Rome au IV e siècle en y rassemblant les témoignages et en proposer
En savoir plus

974 En savoir plus

Sur deux modes de rationalité (substantielle, relationnelle) et leur composition. Application à la trilogie temps/espace/mouvement

Sur deux modes de rationalité (substantielle, relationnelle) et leur composition. Application à la trilogie temps/espace/mouvement

continue d’évoquer une qualité relationnelle, c’est qu’il y a bien liaison, sous forme d’images, au moins dans le cerveau, entre les mots ou entités éventuellement pointés dans la pensée cartésienne. Les entités séparées sont englobées en parcourant des parties de plus en plus grandes de l’espace de la pensée ou du cerveau (sur des intervalles de temps possiblement croissants) ; cela correspond à une intégration ou moyennisation, nous conduisant à un outre- mots, à un amont des mots. Le chemin inverse de cette intégration est une subdivision : on retrouve les entités séparées et leurs désignations par une fragmentation des images.
En savoir plus

9 En savoir plus

Schémas en éléments finis discontinus localement raffinés en espace et en temps pour les équations de Maxwell 1D

Schémas en éléments finis discontinus localement raffinés en espace et en temps pour les équations de Maxwell 1D

Unité de recherche INRIA Sophia Antipolis 2004, route des Lucioles - BP 93 - 06902 Sophia Antipolis Cedex France Unité de recherche INRIA Futurs : Parc Club Orsay Université - ZAC des Vi[r]

61 En savoir plus

Relations spatio-temporelles dans un espace-temps primitif - Un essai de simplification de l'analyse spatio-temporelle

Relations spatio-temporelles dans un espace-temps primitif - Un essai de simplification de l'analyse spatio-temporelle

c. Modèles de relations temporelles    La  représentation  du  temps  a  toujours  été  un  enjeu  crucial  tant  en  intelligence  artificielle  que  dans la gestion de bases de données ou dans les systèmes d’informations géographiques. L’ajout  du temps dans un système permet de gérer des notions qui sont plus proches de l’utilisateur : cela  permet  d’analyser  les  évolutions,  les  mouvements,  les  changements  d’états  des  phénomènes  observés,  ou  des  événements.  Nous  n’aborderons  pas  ici  tous  les  domaines  de  recherche  en  raisonnement  temporel.  Les  champs  de  recherche  principaux  sont  la  représentation  des  connaissances,  la  compréhension  du  langage  naturel,  le  raisonnement  de  sens  commun,  le  raisonnement  qualitatif,  le  raisonnement  de  diagnostic,  la  génération  de  plans  ou  de  projets,  la  reconnaissance de plan et la programmation. Pour plus de détails sur l’ensemble des applications  du raisonnement temporel, nous renvoyons à G EREVINI  (Gerevini, 1997). Nous allons uniquement  présenter  quelques aspects du raisonnement sur des relations temporelles qui nous seront utiles  pour la suite de notre analyse. 
En savoir plus

55 En savoir plus

Show all 2658 documents...