Identité (Psychologie) dans la littérature

Top PDF Identité (Psychologie) dans la littérature:

Nation, identité, communauté ? Quelques réflexions sur la littérature anglaise des XIV e et XV e siècles

Nation, identité, communauté ? Quelques réflexions sur la littérature anglaise des XIV e et XV e siècles

sentiment national et identité nationale, ce qui n’est évidemment pas tout à fait la même chose. D’autres auteurs, telle Diane Speed, sans employer le terme de nationalisme, ont cependant tenté de montrer, en s’inspirant d’analyses portant sur la période moderne ou contemporaine, que certains romans appartenant à la « matière d’Angleterre », tel Havelok the Dane, probablement composé à l’extrême fin du XIII e siècle, constituent bien une littérature nationale anglaise 10 . Mais c’est sans aucun doute la littérature arthurienne, de Geoffrey de Monmouth à Thomas Malory, qui a fait l’objet des attentions les plus soutenues, notamment dans le cadre de la « récupération » d’Arthur par Édouard I er à la fin du XIII e siècle, puis par Édouard III [p. 110] au XIV e siècle 11 . Patricia Ingham et Felicity Riddy ont largement insisté sur l’importance de la littérature arthurienne pour la constitution d’une nation, sans négliger toutefois le fait que le mythe arthurien est un lieu de tension dans les îles Britanniques, du fait de ses racines galloises. Felicity Riddy souligne en effet que :
En savoir plus

13 En savoir plus

Récits d'appartenance : mémoire et identité dans la littérature québécoise

Récits d'appartenance : mémoire et identité dans la littérature québécoise

projet politique en milieu multiculturel, il importe de ne pas lier langue et culture d'appartenance.. faudrait «retoucher» le projet souverainiste «afin d'en faire disp[r]

144 En savoir plus

Compte-rendu de R. Iounes-Vona (éd.), Enfance et identité nationale dans la littérature italienne du XIXe et XXe siècle: regards croisés , Metz, 2010

Compte-rendu de R. Iounes-Vona (éd.), Enfance et identité nationale dans la littérature italienne du XIXe et XXe siècle: regards croisés , Metz, 2010

Rosaria Iounes-Vona, Introduction. Rosaria Iounes-Vona, Infanzia e finzione nelle Piacevoli notti (1551-1553) di Giovan Francesco Straparola da Caravaggio (1480?-1557?) : specchio di una nazione italiana in fieri? Elsa Chaarani-Lesourd, Identité choisie, identité subie : les enfants des Confessioni a cuore. Enfance et identité dans deux romans du dix-neuvième siècle.

3 En savoir plus

Identité de groupe et littérature. Le surréalisme des revues (1919-1933).

Identité de groupe et littérature. Le surréalisme des revues (1919-1933).

C. Arensberg. Dans la période de Littérature, soit le moment qui précède l’éme rgence du surréalisme, la relation à la Nouvelle Revue Française s’avère délicate : des deux côtés, la rupture demeure incomplète. La tentative de cette dernière de pousser les membres du groupe Littérature à abandonner Dada est infructueuse, au moins au départ : « Ainsi s'étaient affrontés les défenseurs éclairés de la tradition et les aveugles destructeurs de l’héritage littéraire humaniste : les premiers, forts de leurs principes, affaiblis pourtant par leurs craintes d'abandonner des valeurs essentielle s, les seconds enivrés par leur jeune vigueur, mais appauvris par leur isolement même. I1 est remarquable que les deux groupes se soient obscurément sentis poussés à se justifier l'un à l'autre, au lieu de se considérer comme ennemis naturels des le début, et que chacun ait fait un effort pour s'expliquer devant l'autre. C'est au moment où il s'agit d'expliquer l'adversaire à lui-même que les communications deviennent stériles et que l'on en vient à s'accuser d'incompréhension et de méchanceté. 38 » Si l’attaque n’est pas toujours frontale, l’ironie dont use le groupe de Littérature y est souvent pour beaucoup ; dans le premier numéro de Littérature nouvelle série, de mars 1922, un entretien entre André Breton et André Gide est publié, et la vieille figure tut élaire qui, quelques années plus tôt, recevait un accueil courtois, est alors moquée : « Je n'ai jamais été un familier d'André Gide, ce qui sans doute me permet de le rencontrer quelquefois et d'échanger avec lui des propos un moins insignifiants qu'il ne voudrait. À vrai dire, quoique la légèreté ne soit pas mon fort, l'auteur des « Caves du Vatican » (ces périphrases lui conviennent) m'amuse, depuis longtemps, beaucoup plus qu'il ne m'alarme. Plus j'irai, plus sans doute j'aurai du goût pour un homme qui se confond. Celui-ci est, à notre époque, un critérium tout trouvé : sa superficialité, ses coquetteries, ses prétentions, que balancent quelques bonnes qualités de second ordre, me renseignent aussi formellement sur ceux qu'il enthousiasme que sur ceux qu'il exaspère. 39 »
En savoir plus

104 En savoir plus

Maternité, identité, écriture : discours de mères dans la littérature des femmes de l'extrême contemporain en France

Maternité, identité, écriture : discours de mères dans la littérature des femmes de l'extrême contemporain en France

Many influential theorists still either root their arguments in a maternai (gestating, delivering, or lactating) body or insist that childbirth cannot simply be ign[r]

413 En savoir plus

Égalité et identité ne sont pas synonymes

Égalité et identité ne sont pas synonymes

de psychoéducation, 43(1), 155-159. Égalité et identité ne sont pas synonymes Nous étions impatients de connaître la réponse de Louise Cossette à notre critique de Cerveau, hormones et sexe. Malheureusement, elle n’a fait que répéter ce qu’elle avait déjà dit sans répondre à nos arguments. Cossette continue de nier l’existence de différences fondamentales entre les femmes et les hommes alors que les écrits vont totalement dans le sens contraire. Sa lecture de la littérature semble biaisée par la notion de l’égalité des sexes. Le point central de notre critique était justement de dire qu’il ne fallait pas confondre l’égalité des sexes (valeur que nous partageons aussi) et l’identité : nous pouvons en effet être différents tout en étant égaux. Par exemple, personne ne nie que l’écart entre le plus petit et le plus grand des hommes est plus élevé que celui entre l’ensemble des hommes et des femmes. Ce constat n’invalide toutefois pas le fait que les hommes sont globalement plus grands que les femmes.
En savoir plus

3 En savoir plus

De l'esclavage au multiculturalisme. L'anthropologue entre identité refusée et identité instrumentalisée

De l'esclavage au multiculturalisme. L'anthropologue entre identité refusée et identité instrumentalisée

vague comme un travail portant sur l’image de Carthagène, sur l’identité de et dans la ville, sur les lieux et les acteurs représentatifs 9 , etc. Il me devint alors extrêmement difficile, une fois qu’elle avait été évacuée dans les préambules, de revenir sur la dimension raciale qui m’intéressait. D’une certaine façon, en adoptant le langage de l’euphémisation de mes interlocuteurs, j’étais moi-même devenue prisonnière de cette convention d’évitement dont je souhaitais étudier les mécanismes. Si l’on me précisait bien, avec une abondance de détails sur les personnes et les dates, que le Club Cartagena fut conçu comme une imitation des clubs européens, en particulier anglais, l’évocation de cet « esprit très élitiste et exclusif » tournait court, par un expéditif « tu vois ce que je veux dire », renvoyant à des normes présentées comme suffisamment communes et connues, rendant inutile toute explication supplémentaire. Il s’établissait ainsi une sorte de relation de connivence entre « personnes respectables » (on m’invitait à manger, dans l’appartement ou la maison de famille), supposées partager une histoire et des valeurs communes (immanquablement, les mêmes thèmes revenaient : l’arbre généalogique familial et l’évocation des arrières grands-parents venus de France, d’Italie, d’Allemagne ou d’Espagne au XIXème siècle, la musique classique, la littérature et la cuisine européennes, etc.). Connivence qui devait sceller la continuité entre l’Europe et l’Amérique latine, ou plutôt, entre une Europe imaginée 10 et un petit morceau d’Amérique ayant résisté aux métissages. Au-delà, je devenais moi-même actrice - ou complice - de cet ordre socio-racial présenté comme naturel mais que les pratiques de mes interlocuteurs visaient à maintenir et à justifier. D’un côté donc, aborder directement la question raciale provoquait une attitude de retrait et était perçu comme une accusation à laquelle il fallait répondre par l’évocation de la « modernisation » et de la « démocratisation » du Club
En savoir plus

16 En savoir plus

Identité dominicaine et dévotions

Identité dominicaine et dévotions

S’il a le mérite de répondre aux appels répétés – mais insuffisamment entendus – des initiateurs de la présente enquête collective à l’ouverture sur d’autres horizons spirituels, le choix de l’ordre ne prétend pas à l’audace. Qu’apprendra-t-on encore de la contribution dominicaine à la promotion du Rosaire, dont les historiens du culte et des dévotions rappellent régulièrement le caractère emblématique 3 ? « Il est inutile d’insister sur l’appui que les Dominicains ont apporté aux confréries du Rosaire », estime-t-on même parfois 4 . Pourtant, ni l’automatisme de la référence, ni la fermeture d’un dossier considéré comme définitivement instruit ne constituent les preuves objectives d’un épuisement du champ des possibles. Si l’on connaît aujourd’hui le rôle assumé par les Dominicains dans la direction spirituelle de ces groupements de fidèles – encore que ce ne soit qu’au travers de textes normatifs et de la littérature spirituelle de l’ordre 5 –, il reste de la place pour bien des essais d’« histoire au ras du sol », seuls à même de révéler les logiques et les enjeux qui président à la circulation d’une dévotion constitutive de l’image d’un ordre religieux, au travers de ces groupements caractéristiques de la Réforme catholique que sont les confréries de dévotion. L’enquête, justement, reste à mener pour l’Auvergne du premier XVII e siècle, au-delà d’ailleurs des seules confréries du Rosaire 6 .
En savoir plus

16 En savoir plus

La musicologie en Europe aujourd'hui : quelle identité ?

La musicologie en Europe aujourd'hui : quelle identité ?

Nous voici, grâce à l’institution sans doute, parvenus au cœur de ce qui caractérisait la musicologie européenne (continentale) : la formation universitaire y a longtemps été une orientation d’une discipline plus large ou d’une faculté affirmant l’ancrage de la musicologie dans les humanités. Le dialogue de l’université avec les autres institutions d’enseignement n’a jamais été facile. Je parle ici pour la France et la Belgique. Nous faire croire que des liens peuvent exister entre université et conservatoire, c’est une fois encore inciter au lissage des offres d’enseignement. Pour preuve : la chute drastique des effectifs dans les conservatoires qui ont souhaité obtenir le statut de haute école et où le jeune violoniste coréen se retrouve obligé de suivre des cours de sociologie ou de littérature dans une langue qui n’est pas celle qu’il est venu étudier 10 .
En savoir plus

11 En savoir plus

Aphorismes et identité

Aphorismes et identité

En termes saussuriens, les signes ne sont aucunement donnés, mais doivent être construits un à un par l’interprétation : aussi le saussurisme, par sa portée critique intéresse l’ensemble des sciences de la culture, dont bien entendu la science de la littérature. Je sais bien que l’expression est passée de mode, mais elle n’a nullement épuisé sa mission, et j’espère que la critique littéraire puisse cesser de mixer le coruscant name-dropping et le bon plaisir académique, la poétique à la française de compiler des inventaires de procédés. LK : Et la manière de pratiquer la littérature – ici, le genre aphoristique – pourrait être alors une manière d’être fidèle à une dé-ontologie herméneutique fondée sur un principe critique ? et peut-être même le symptôme d’une conception originale de la scientificité dans les sciences humaines, où toute « donnée » est le résultat d’un parcours interprétatif, donc d’une forme d’approximation ?
En savoir plus

7 En savoir plus

Identité inclusive, identité exclusive Alexandrie et Qoumrân, deux stratégies d'identité juive dans l'Empire

Identité inclusive, identité exclusive Alexandrie et Qoumrân, deux stratégies d'identité juive dans l'Empire

Pourquoi et comment comparer ces deux groupes et les conceptions qu’ils se sont forgés de leur identité juive ? Une raison initiale, toute pragmatique, s’avère en fin de compte impérative pour l’historien : les circonstances de leur histoire comme celles de la transmission hasardeuse des textes, ont fait que nous avons conservé, de ces deux groupes, des écrits suffisamment nombreux et élaborés sur le sujet de leur identité juive. Dans le cas de la Communauté de Qoumrân, la définition de cette identité constituait en effet l’un des enjeux dogmatiques majeurs de sa différenciation et de ses querelles avec les autres courants du judaïsme contemporain. On comprend qu’elle ait eu le souci de la préciser, de la maintenir et d’en conserver par écrits les éléments de définition. S’agissant d’Alexandrie, le problème s’est trouvé posé d’une façon plus conjoncturelle mais aussi plus dramatique, à l’occasion des émeutes et des exactions dirigées contre les Juifs de la ville, dans une atmosphère de pogrome avant la lettre, au I er siècle de l’ère vulgaire : les « événements » de 38 à 41. C’est en réaction à ces persécutions que les dirigeants juifs d’Alexandrie, dont Philon au premier chef, ont été amenés à réfléchir à leur position dans la cité, dans la province et dans l’Empire, puis à la présenter aux autorités romaines.
En savoir plus

17 En savoir plus

Dire son identité politique

Dire son identité politique

sa singularité, lorsque la politique est la recherche du ralliement, du nombre, de la majorité en démocratie, de l’unanimité dans des régimes totalitaires. Dire « je » dans le discours politique c’est refuser son identité de locuteur politique, de porte parole des autres par exemple, de représentant d’une classe, d’un parti, d’une nation. Même les rois renonçaient aux « je » dans leurs prises de parole publiques pour un « nous » que l’on qualifie de « majesté ». Et dans ce « nous, Louis, roi des Français… », il ne faut pas seulement voir une mégalomanie du Roi, mais l’affirmation pronominale que par la voix du Roi c’était le Royaume entier qui s’exprimait ; un « nous » de la polis, un « nous » politique.
En savoir plus

14 En savoir plus

Identité et immigration au Japon

Identité et immigration au Japon

Résumé Dans le contexte actuel de la mondialisation, l’immigration a un impact sur la question identitaire des pays d’accueil et bien que l’exemple du Japon ne soit pas un cas isolé, il comporte tout de même ses particularités. En effet, il est curieux de voir un pays de l’OCDE avec un si bas taux d’immigration, d’autant plus que le vieillissement de sa population le place au cœur de cette problématique. De plus, le cas du Japon est particulièrement intéressant dans la mesure où la question de l’homogénéité ethnique et culturelle, présentée par le nihonjinron, est centrale dans la définition de l’identité nationale. C’est donc en s’appuyant sur la théorie des communautés imaginées d’Anderson et sur la théorie des frontières ethniques de Barth qu’ont été analysés de nombreux ouvrages et articles d’ordre analytique et idéologique afin de démontrer l’influence que le maintien d’une identité nationale forte peut avoir sur le développement et la mise en place de politiques d’immigration au Japon. Ainsi, après avoir passé en revue les origines et l’évolution du peuple japonais moderne, autant sur le plan politique, éducatif, social, qu’économique et en présentant le développement des politiques migratoires jusqu’à aujourd’hui, il est possible de voir à quel point la question identitaire est profondément ancrée et soutenue par les élites du pays et que cela mène par conséquent à des politiques d’immigration strictes et contraignantes.
En savoir plus

107 En savoir plus

Identité estonienne et identité européenne : l’expérience fondamentale de la période démocratique (1918-1934)

Identité estonienne et identité européenne : l’expérience fondamentale de la période démocratique (1918-1934)

En 1918-9, le monde russe, après une guerre perdue et deux révolutions, est dans le chaos: cela entraîne une radicalisation du nationalisme estonien et les déclarations d’indépendance de l’Estonie. Toute cette évolution s’accompagne d’une réflexion sur la nature de l’identité estonienne pour convaincre certaines parties de la population estonienne pour laquelle l’indépendance restait un idéal bien lointain et pour obtenir une reconnaissance internationale Le but bien-sûr est de démontrer l’existence d’une véritable identité estonienne bien distincte de l’identité russe. Pour cela les auteurs des publications et des memoranda estoniens présentés aux diverses conférences alliées s’appuient sur l’ antibolchevisme d’une grande partie de l’opinion européenne: le bolchevisme et ses horreurs ne sont finalement que le révélateur de l’identité asiatique de la Russie, pays où les germes d’anarchie et de désordre ne peuvent que se développer. On cherche donc à ne pas se limiter à une critique du bolchevisme mais à faire de celui-ci un signe révélateur de ce qu’est la Russie. L’enjeu est en effet d’importance: il faut convaincre les Alliés (persuadés que le bolchevisme n’est qu’un
En savoir plus

12 En savoir plus

Identité, organisation, institution

Identité, organisation, institution

la société et chargée de promouvoir un "intérêt général" qui transcende les particularismes sociaux. Dès le moment où il entre "en administration", le fonctionnaire est censé rompre avec ses attaches antérieures, couper les liens avec son milieu d'origine, se libérer des conditionnements et allégeance de tous ordres ; il se dépouille de sa personnalité ancienne en endossant les habits de fonctionnaires qui le dote d'une identité nouvelle. Cette identité administrative sera progressivement intériorisée par les agents, au terme d'un processus intense de socialisation interne. Avant son entrée dans les services, le fonctionnaire passe généralement par une école de formation, qui va fortement structurer son système de pensée et de comportement : c'est là qu'il va se familiariser avec les normes pro- fessionnelles qui concrétisent le modèle et acquérir les réflexes de la solidarité corporative. La socialisation se poursuit bien au-delà de cette formation initiale ; elle dure en fait pendant toute la vie professionnelle ; il s'agit de renforcer sans cesse le sentiment d'appartenance et d'identification du fonctionnaire à l'administration. Cette action de socialisation passe de manière privilégiée par la diffusion de multiples signes destinés à marquer la singularité administrative.
En savoir plus

12 En savoir plus

Cosmopolitisme et identité locale.

Cosmopolitisme et identité locale.

Ainsi, la difficulté majeure à laquelle se sont heurtés tous les gardiens de l’identité et du particularisme niçois, tient dans le fait qu'ils ont été constamment sommés dep[r]

14 En savoir plus

Identité de Bezout 4ème Mathématiques

Identité de Bezout 4ème Mathématiques

Le prix d’une pièce du deuxième lot est de 36 dinars Le prix d’une pièce du troisième lot est de 4 dinars Déterminer le nombre de pièces de chaque lot. a) Donner une solution part[r]

4 En savoir plus

Rites scolaires et identité d'élève

Rites scolaires et identité d'élève

La question du sens partagé doit être articulée à la notion d’ordre symbolique. Le sens des rites sociaux nous est fourni par la connaissance de l’ordre symbolique dans lequel ils s’inscrivent. Un ordre symbolique est un réservoir de sens pour une collectivité. Dans les sociétés traditionnelles, cet ordre symbolique prend la forme du mythe. Le mythe informe les individus tout le long de leur vie au sujet des manières de se comporter en toutes circonstances. Notons l’importance des comportements permis et interdits dans les activités quotidiennes les plus infimes. Par exemple, le savoir mythique indique les prescriptions sur un aliment comestible en détaillant qui peut l’apprêter, le manger, comment le manger, quand, avec qui, et les interdits qui lui sont liés. Le savoir mythique surdétermine les comportements et assigne un sens à ceux-ci. L’un des points les plus importants à retenir ici, c’est que les personnes fidèles à un mythe, à un ordre symbolique, partagent une identité collective commune. L’ordre symbolique crée une identité commune. On reconnaît d’abord les personnes qui partagent la même identité à leur agir corporel commun, puis à leur commune culture (lois, normes, valeurs, croyances, idéaux, représentation du monde, etc.). Dans le cadre scolaire, les enfants partagent une identité commune, celle d’élève. Cette identité d’élève est générée par l’ordre symbolique de l’école, au même titre que l’identité de mère, de père, de fils, de fille ou de neveu est générée par un ordre symbolique familial. Il importe donc, dans le travail de compréhension des rites scolaires, de s’intéresser aux diverses articulations entre l’identité d’élève et l’ordre symbolique de l’école.
En savoir plus

15 En savoir plus

Identité empirique du cerveau-esprit

Identité empirique du cerveau-esprit

Car le cerveau ne peut être décrit comme un viscère ou un organe simplement physique ; ce serait refuser au cerveau sa capacité à traiter les informations et à produire des réponses neurocognitives. Un cerveau sans pensée, serait soit un cerveau comateux,: le coma limite l'activité du cerveau à une végétation. Le cerveau endormi, les travaux d'Auguste Liebeault sur le sommeil et la mémoire 32 , n'interdit pas l'activité mentale. La démonstration électrophysiologique d'une activité onirique indique déjà, à travers la thèse de l'individuation psychologique, que le cerveau endormi pense inconsciemment ses contenus mentaux diurnes pour reprogrammer son identité historique par rapport au programme génétique 33 . Cette activité inconsciente 34 repose sur un automatisme cérébral ; la découverte du mouvement réflexe avait dissocié les notions de cerveau et centre sensori-moteurs 35 . Thomas Willis considère le cerveau comme ce qui préside aux activités volontaires et le cervelet aux fonctions naturelles 36 . La fonction réflexe produit l'automatisme de la réaction sans que l'inconscience soit nécessaire, car la réflexion est ici celle de l'influx nerveux.
En savoir plus

17 En savoir plus

Infirmières, revues professionnelles et identité

Infirmières, revues professionnelles et identité

professionnelles, de s'intéresser A la production de celles- ci (de nombreux articles sont des interviews, des tdmoigna- ges, etc...) ou encore, d'avoir un reflet de leur image A travers[r]

301 En savoir plus

Show all 2061 documents...