Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS)

Top PDF Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS):

Le renoncement aux soins pour raisons financières : étude chez les étudiants venant consulter au service interuniversitaire de médecine préventive et de santé à Bordeaux en 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières : étude chez les étudiants venant consulter au service interuniversitaire de médecine préventive et de santé à Bordeaux en 2011

21 en résulte mécaniquement un déficit de l’assurance maladie, le « trou » de la Sécurité sociale, qui se creuse particulièrement vite quand la croissance économique ralentit. Cette évolution est régulièrement dramatisée par le monde politico-médiatique. Pour équilibrer les finances de l’assurance maladie, deux moyens peuvent être mis en œuvre à court terme : la hausse des cotisations (principalement la CSG) ou la baisse des remboursements. Les pouvoirs publics étant très réticents à l’augmentation des prélèvements obligatoires, ils ont souvent choisi la voie du déremboursement pour alléger les dépenses de l’assurance maladie. Ces déremboursements sont alors mis à la charge des systèmes d’assurances complémentaires. Cette évolution, contrariée par le développement des ALD, peut avoir des conséquences très dommageables sur la santé publique et l’égalité devant les soins. Il en résulte une croissance nette de la part du financement de la santé par les complémentaires, qui ne participent par ailleurs que de très loin à la régulation de l’offre de soins. Ce système n’est donc satisfaisant ni du point de vue de la protection sociale et de l’équité de la redistribution, ni du point de vue de l’efficacité économique et sociale. [23]
En savoir plus

69 En savoir plus

Étude rétrospective des comportements de santé et des conditions de vie des étudiants de l'Université de Nice Sophia-Antipolis vus en médecine préventive pendant l'année universitaire 2012-2013

Étude rétrospective des comportements de santé et des conditions de vie des étudiants de l'Université de Nice Sophia-Antipolis vus en médecine préventive pendant l'année universitaire 2012-2013

En analyse multivariée, il n’y a pas de facteur de risque liés à la survenue de difficulté physique ni de facteur protecteur. En analyse univariée, il n’y a pas non plus de facteurs protecteurs et nous n’avons pas démontré beaucoup de facteurs de risques lié a la survenue d’un trouble physique. Seule l’absence d’objectif professionnel (OR = 1,926) et d’information des débouchés (OR= 2 ,667) en sont (tableau 38) et il n’a pas été retrouvé dans la littérature de données comparables. La thèse de Mme Perrollet constate, concernant la santé physique des étudiants, que ceux vivant au domicile parental ainsi que les ceux de la filière STAPS ont des scores de qualité de vie supérieurs. L’étude de la LMDE (50) montre que les personnes en surpoids et en obésité sont davantage à rencontrer de réelles difficultés financières (respectivement 34 et 42% contre 26% pour l’ensemble de la population étudiante). Dans une enquête de l’ORS PACA de 2007 (67), portant sur la population générale, le risque d’obésité est plus élevé chez les personnes de faible statut socioprofessionnel et les personnes peu ou pas diplômées, même lorsqu’elles pratiquent une activité physique régulière. Les jeunes vivant dans une famille à bas revenus et dont les parents ont un faible niveau d’éducation ont également un risque accru d’être en excès pondéral.
En savoir plus

174 En savoir plus

Intérêt de l'évaluation du statut immunitaire contre la rougeole des professionnels, présents et à venir, des établissements de santé : étude portant sur 1824 contrôles d'immunité anti-rougeoleuse réalisés dans le cadre de l'activité du service de médecin

Intérêt de l'évaluation du statut immunitaire contre la rougeole des professionnels, présents et à venir, des établissements de santé : étude portant sur 1824 contrôles d'immunité anti-rougeoleuse réalisés dans le cadre de l'activité du service de médecine et santé au travail du Centre Hospitalier Universitaire de Nice

2 Serment médical Au moment d’être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité. Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité. J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences. Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.
En savoir plus

146 En savoir plus

Évaluation d'enseignement du diplôme universitaire de pédagogie des sciences de la santé délocalisé à Oujda au Maroc (promotion 2010/2011)

Évaluation d'enseignement du diplôme universitaire de pédagogie des sciences de la santé délocalisé à Oujda au Maroc (promotion 2010/2011)

La faculté de Médecine de Oujda, consciente du dilemme et de la tâche qu’elle s’est fixée pour la formation des futurs médecins, a pu avoir un corps professoral dynamique et motivé à accomplir cet objectif; mais qui, néanmoins, manque d’expérience et de formation pédagogique adaptée. Pour apporter aux enseignants de notre faculté les outils nécessaires à l’enseignement de leurs disciplines, le diplôme universitaire de pédagogie dans l'enseignement supérieur, option sciences de la santé, a été organisé pour la première fois en 2010-2011 en collaboration avec le centre de recherches appliquées en méthodes éducatives de l'université de Bordeaux ; cette formation s’est déroulé sous forme de séminaires dans les locaux de la faculté d'Oujda pendant deux périodes de l’année et a mené à la soutenance des mémoires portant sur des travaux individuels en pédagogie d’enseignement.
En savoir plus

27 En savoir plus

Faisabilité et acceptabilité du dépistage du virus de l'immunodéficience humaine par test rapide d'orientation diagnostique dans le service de médecine préventive de l'université de Pau et des pays de l'Adour

Faisabilité et acceptabilité du dépistage du virus de l'immunodéficience humaine par test rapide d'orientation diagnostique dans le service de médecine préventive de l'université de Pau et des pays de l'Adour

Selon les chiffres donnés par l’UPPA, il y avait 762 étudiants inscrits sur le site universitaire de Pau pour l’année 2011-2012, dont 55% de femmes. Dans notre population d’étude, les étudiants masculins ayant réalisé un TROD étaient légèrement majoritaires (56%). Au cours de DEPIVIH, il y a eu 383 patients inclus dont 51,3% étaient des hommes [39]. Cette prédominance masculine est plutôt une bonne chose puisqu’ils sont une cible à privilégier. En effet, 68% des découvertes de séropositivité VIH en 2010 concernait des hommes et on estime que la majorité des 29000 PVVIH non diagnostiqués sont des hommes hétérosexuels [24]. Ces outils peuvent constituer un outil d’élargissement de l’offre de dépistage dans cette catégorie qui est moins sollicitée dans le système de soin. La moindre participation féminine dans notre étude peut par ailleurs s’expliquer par le fait que les femmes se voient davantage proposer le dépistage dans le parcours de soins classique, notamment pour la prescription de contraception, lors de la grossesse, d’une IVG.
En savoir plus

106 En savoir plus

Promotion de la santé et inégalités de santé en milieu étudiant

Promotion de la santé et inégalités de santé en milieu étudiant

La population étudiante est supposée en bonne santé car jeune. Elle échappe souvent à la surveillance de la médecine universitaire par défaut d’assiduité aux visites proposées, mais aussi par le manque de moyens financiers et humains dont dispose cette dernière. Pour autant, l’état de santé de la population à l’Université fait progressivement l’objet d’études, notamment via les mutuelles étudiantes. La dernière en date sur laquelle j’appuierai mon propos remonte à 2011 et a été réalisée par la LMDE. 2 Je tiens à remercier la
En savoir plus

14 En savoir plus

Promotion de la santé et inégalités de santé en milieu étudiant

Promotion de la santé et inégalités de santé en milieu étudiant

Au sein de l’Université, il revient aux Services Universitaires de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé de mettre en œuvre et de décliner les politiques de santé. Je rappelle que les services de Médecine Préventive Universitaire ont été créés après guerre avec pour mission principale la lutte contrer la tuberculose. Ainsi la notion de maladie et de soin est restée prédominante pendant de nombreuses années. La notion de prévention, puis de promotion de la santé apparaît plus tard et induit de nouvelles missions. Si la politique de soin a été longtemps privilégiée au détriment d’une politique de santé, actuellement, nous faisons le choix d’une politique de promotion et d’éducation à la santé dont l’objectif final est de rendre l’étudiant acteur et responsable de sa santé. On peut ainsi parler « d'empowerment », de « pouvoir-agir ». La médecine préventive s'inscrit aussi dans le contexte global qu'est celui de l'université de La Réunion : une université très jeune qui s'est affranchie des liens avec l'académie d'Aix-Marseille en 1982.
En savoir plus

14 En savoir plus

La promotion de la santé se décrète-t-elle ?

La promotion de la santé se décrète-t-elle ?

Le découragement, le sentiment d’isolement et d’incompréhension guettent ces professionnels spécialisés en promotion de la santé face à la difficulté de positionner la promotion de la santé au sein des structures et des dispositifs. Plusieurs débats menés au sein de l’équipe de l’APES-ULg, plusieurs discussions à l’occasion de l’accompagnement de projets ou de rencontres internationales, nous ont amenés à questionner les spécificités de la promotion de la santé. Par exemple, quelles sont les différences et les proximités de la promotion de la santé avec l’éducation permanente, le développement durable ou encore la médecine préventive?
En savoir plus

1 En savoir plus

L’école au coeur des territoires : vers une approche territoriale au service de la promotion de la santé de tous et de la réduction des inégalités sociales de santé

L’école au coeur des territoires : vers une approche territoriale au service de la promotion de la santé de tous et de la réduction des inégalités sociales de santé

Avancer aujourd’hui en matière de promotion de la santé des enfants et adolescents, c’est d’abord permettre à chacun d’identifier la nature de sa contribution dans ce domaine, de participer avec sa spécificité propre. C'est aussi, par un accompagnement efficace, aider les équipes éducatives à travailler collectivement sur le "vivre ensemble" à l'échelle des établissements scolaires. C'est, notamment via l'action des collectivités locales et du secteur associatif, offrir aux parents la possibilité d'être soutenus dans leur action éducative. C’est enfin, par le développement d’actions concertées, aller vers des politiques articulant les différentes dimensions de l’action préventive tant par une approche interministérielle à l’échelon national que par le renforcement des liens entre les acteurs locaux et une participation réelle de chacun.
En savoir plus

11 En savoir plus

Vers une promotion durable de la santé psychique au travail ?

Vers une promotion durable de la santé psychique au travail ?

restructurations, des séances de relaxation, des salles de sport, des cours d’affirmation de soi, etc. Les responsables de D.R.H. ou de cellule dédiée au développement durable soulignent que le choix d’une officialisation de ce type d’engagement responsable s’est fait après une période de test de la capacité de la méthode à attirer les salariés. Mais ils reconnaissent que cette initiative ne peut encore satisfaire pleinement les critères de R.S.E. précisé par le Livre vert. La recherche d’une concertation avec les parties prenantes donnerait lieu à des « surenchères » jugées parfois inopportunes. Par exemple, là où un diagnostic précoce des troubles dépressifs est systématiquement proposé aux salariés lors de la visite médicale obligatoire, les représentants des salariés exigent couramment que les questionnaires utilisés intègrent une exploration de l’impact ressenti de sources organisationnelles classiques du mal- être psychologique. Or assez souvent, les directions préfèrent se cantonner à l’évaluation du nombre de personnes atteintes de symptômes de troubles psychosociaux et à l’identification des caractéristiques individuelles des populations sensibles. De plus, les statistiques établies à partir des réponses fournies par les salariés aux questionnaires donnent traditionnellement lieu à des demandes de compléments d’enquêtes sur la salubrité des conditions de travail et d’emploi. S’ouvrir à ce type de requête est perçu par les directions, non seulement comme un coût supplémentaire mais aussi comme une source potentielle de détérioration de l’image institutionnelle. Des directions (4 % environ des déclarations des managers) auraient eu à déplorer que les médias, attirés par l’originalité de l’expérience de l’entreprise, aient produit des analyses jugées diffamatoires et peu averties de la complexité des origines et des processus des pathologies psychosociales. Cela est alors considéré comme une preuve de la faible sensibilisation de la France à la question de la santé psychique au travail… Aussi le critère de transparence de cette pratique de R.S.E. ne pourrait aujourd’hui être rempli.
En savoir plus

20 En savoir plus

Des indicateurs d'efficacité pour la promotion de la santé : leurre ou défi ?

Des indicateurs d'efficacité pour la promotion de la santé : leurre ou défi ?

Identifier par territoires les opérateurs de l’aide alimentaire et les coordonner par l’animation du groupe de travail « alimentation et précarité » co-piloté par l’ARS et la DRAAF Impliquer les communes dans la prévention du surpoids et de la sédentarité : - par la mise en place de dynamiques entre villes actives du PNNS au niveau régional, - par l’incitation des villes des territoires prioritaires à devenir villes actives du PNNS, - par une dynamisation des ASV (ateliers santé ville) sur ces thèmes de prévention,

25 En savoir plus

Les critères de qualité pour la promotion de la santé et de la sécurité à l'école

Les critères de qualité pour la promotion de la santé et de la sécurité à l'école

• Déclaration de Rome, octobre 2003  “ Préparer les enfants et les jeunes au défi de leur future vie professionnelle en leur assurant sécurité et santé […]” • Commission of the european communities: Adapting to change work and society : a new Comunity strategy on health and safety at work

20 En savoir plus

Réflexions sur les offres à dimension préventive développées par les organismes d'assurance en santé

Réflexions sur les offres à dimension préventive développées par les organismes d'assurance en santé

Ce n’est donc pas l’événement-maladie qui fait l’objet d’une identification contractuelle, mais bien les facteurs individuels de risque(s) de développement d’une maladie, tels que la probabilité qu’avec un tel score de sédentarité, un risque plus grand soit encouru face aux maladies cardiovasculaires. Dans cette représentation du risque, ce qui devient essentiel, ce sont les comportements individuels en santé (consommation d’alcool et de tabac, sédentarité ou encore alimentation trop riche) qui sont perçus comme des facteurs de risque(s) primordiaux. Le dispositif contractuel permet de s’adresser aux bien-portants et de construire un programme de lutte contre certains comportements individuels identifiés comme des facteurs de risque(s). À chaque facteur de risque(s) correspond une action positive de santé. Et l’objet de ces programmes de prévention est de consacrer un effet juridique à la réalisation des « devoirs comportementaux » qui sont mis à la charge de l’adhérent. L’accomplissement des objectifs personnalisés du programme Vitality ouvre, par exemple, droit à des récompenses qui prennent la forme de points que le salarié pourra ensuite convertir en bons d’achats auprès d’opérateurs partenaires du programme tels les enseignes Weight Watchers, Club Med ou Séphora. La récompense est par nature commerciale ; elle a vocation à accroître la capacité de l’adhérent à consommer des biens et des services pour ses loisirs et ses repos en lui octroyant des pourcentages de réduction sur ses achats et consommations futurs. Le montant de ces gains varie en fonction du nombre de points obtenus et permet de construire un statut dans le programme : bronze, argent, or ou platine.
En savoir plus

11 En savoir plus

État des lieux de la médecine manuelle ostéopathique au sein du Service de Santé des Armées : évaluation des pratiques professionnelles

État des lieux de la médecine manuelle ostéopathique au sein du Service de Santé des Armées : évaluation des pratiques professionnelles

4.2. Interprétation des résultats du questionnaire Les praticiens interrogés avaient un temps de pratique qui leur assurait une certaine légitimité dans la critique de leur exercice. Ainsi, nous les trouvons très enthousiastes à pratiquer la médecine manuelle ostéopathie. La majorité la pense utile, la conseille à leurs confères, et elle modifie durablement leur pratique médicale. Ceci contraste avec un nombre de consultation par semaine très faible (3 consultations en moyenne), bien que certains arrivent à réaliser plus de 10 consultations dans une seule journée. Il est important de souligner que les praticiens parviennent, certains jours, à effectuer en moyenne trois consultations dédiées à la MMO de plus de 30 minutes. Remarquable, dès lors que l’on sait la charge de travail du médecin d’unité ! Quoi qu’il en soit, ils souhaitent avoir plus de temps à allouer à cette pratique. Concernant la pratique en elle-même, il est surprenant de constater que le type de traitement manuel le plus utilisé est le myotensif. La renommée de la MMO s’est faite avec le craquement sonore, qui précède le soulagement immédiat, dans le cas, par exemple, d’une lombalgie aigüe. Dans notre étude, les praticiens préfèrent en majorité utiliser en première intention une technique plus douce. La manipulation avec thrust (HVLA) est alors utilisée en deuxième intension. Cette donnée peut s’expliquer par le fait qu’il est conseillé de débuter un traitement ostéopathique par un travail musculo-tendineux, avant de réaliser un travail articulaire(16). De la même manière, les sondés utilisent préférentiellement les techniques myotensives sur le rachis cervical. Rappelons que règlementairement, le praticien doit acquérir au moins deux ans d’expérience avant de réaliser des techniques manipulatives dans ce territoire. Il peut néanmoins pratiquer des techniques de type myotensives ou SCS. En effet, devant la demande fréquente de traitement ostéopathique pour des cervicalgies bégnines, et la crainte d’un craquement au niveau cervical (par le patient et/ou praticien), les techniques myotensives sont tout à fait appropriées. Autre technique, le SCS, selon les sondés, est particulièrement pratiqué sur le rachis cervical. Utilisée seule, cette technique n’a pourtant pas fait preuve de son efficacité à court et long terme sur la cervicalgie (22).
En savoir plus

30 En savoir plus

Place de la simulation dans le cursus universitaire de médecine générale

Place de la simulation dans le cursus universitaire de médecine générale

permets de vous contacter dans le cadre de ma thèse. Cette dernière a pour objectif d'établir un état des lieux de la place de la simulation au sein du cursus de DES de Médecine Générale. Vous trouverez ci-joint un questionnaire à compléter en fonction des pratiques au sein de votre département de Médecine Générale, ainsi qu'une enveloppe timbrée pour renvoyer le questionnaire une fois rempli, avant le 31 janvier 2015 s'il vous plait.

162 En savoir plus

Promotion de la santé à l'école. Présentation synthétique des résultats de l'évaluation de l'implantation du décret du 20 décembre 2001 (partim promotion de la santé)

Promotion de la santé à l'école. Présentation synthétique des résultats de l'évaluation de l'implantation du décret du 20 décembre 2001 (partim promotion de la santé)

Parmi les 108 personnes qui invoquent l’attitude des équipes PSE comme un facteur qui facilite l’application du décret, on relève que 70 personnes (soit 64 %) mentionnent l’intérêt pour l’approche promotion santé. Quarante-neuf personnes (soit 45%) invoquent le travail en équipe. Le sentiment d’être prêt ou non à mettre en pratique le décret influence aussi les freins et les "facilitateurs" identifiés. Ainsi, la proportion de personnes qui invoquent le manque de temps et l’attitude des acteurs scolaires comme un obstacle est, significativement, plus élevée chez les personnes qui se considèrent à mi-chemin ou plutôt prêt à accomplir le décret PSE. De même, ce sont les personnes qui se sentent les moins prêtes qui éprouvent le plus de difficultés à identifier des facteurs facilitant l’application du décret et, inversement, ce sont les intervenants qui se sentent le plus prêt à mettre en œuvre le décret qui ressentent l’attitude de l’équipe PSE (la motivation, l’intérêt, le travail en équipe, etc.) comme un facilitateur à l’application des réformes (Figure 14).
En savoir plus

32 En savoir plus

Le service d'offres d'emploi de l'enssib : son fonctionnement, sa promotion

Le service d'offres d'emploi de l'enssib : son fonctionnement, sa promotion

La creation d'un tel service permet egalement de se faire connaitre 3 peu de frais : il suffit a un demandeur d'emploi ou 3 un employeur de selectionner dans les rubri- ques consacrees[r]

46 En savoir plus

PLAN PRÉVENTION ET PROMOTION DE LA SANTÉ EN WALLONIE HORIZON 2030 : Axe “Promotion des modes de vie et des milieux de vie favorables à la santé” WALAPSanté

PLAN PRÉVENTION ET PROMOTION DE LA SANTÉ EN WALLONIE HORIZON 2030 : Axe “Promotion des modes de vie et des milieux de vie favorables à la santé” WALAPSanté

Les PNNS français n’ayant atteint que partiellement les objectifs fixés et les inégalités sociales de santé s’étant aggravées dans le domaine de la nutrition, le Haut Conseil de la Santé Publique propose, pour 2017-2021, une politique nutritionnelle de santé publique s’appuyant sur des mesures visant la population générale avec une inten- sité graduée selon le degré de désavantage. Il recommande, tout en poursuivant les stratégies précédentes, d’intervenir sur l’environnement social, économique et sociétal afin de faciliter les choix individuels favorables à la santé concernant l’alimentation et l’activité physique. Il préconise de recourir à des mesures réglementaires pour réduire la pression du marketing commercial, améliorer l’offre alimentaire et l’accessibilité phy- sique et économique aux aliments de meilleure qualité nutritionnelle. Il recommande enfin de développer des actions spécifiques et prioritaires orientées vers les enfants et les populations défavorisées.
En savoir plus

64 En savoir plus

Implication des partenaires dans la campagne québécoise de promotion de la santé « Défi Santé 5/30 »

Implication des partenaires dans la campagne québécoise de promotion de la santé « Défi Santé 5/30 »

Facteurs d’influence de la relation partenariale Le cas de la campagne « Défi Santé 5/30 » illustre bien qu’une direction de campagne doit fédérer l’agenda et les interactions des organismes partenaires. Sans une gestion rigoureuse, l’organisme responsable peut se priver de la consolidation du projet tout au long de son cours et ne pas bénéficier des avantages de la collaboration, voire de la coalescence. La notion de partenariat suppose en effet que des organismes de missions sociales, d’importance et d’intérêts différents mettent en commun leurs spécialisations pour la création d’un projet, mais aient fait des concessions en vue d’atteindre leurs buts respectifs (Bilodeau, Lapierre et Marchand, 2003). Ce jeu d’influences se règle lors d’une médiation entre partenaires (souvent assurée par l’organisme responsable), cette dernière aidant à atténuer les désaccords et à se concentrer sur une action et des buts communs bénéficiant des ressources de chacun des partenaires. Dans le cas du « Défi Santé 5/30 », par exemple, le partenaire médiatique principal, qui agissait également comme principal partenaire financier avec le gouvernement, semble avoir élaboré la mise en forme du matériel médiatique de la campagne de manière autonome ; celui-ci pouvait se permettre d’assumer cette direction informelle compte tenu des grandes ressources médiatiques (et financières) dont il dispose. Le rapport de pouvoir entre l’organisme responsable dirigeant la campagne, ACTI-MENU, et Quebecor inc. a donc été modulé selon une stratégie différente ; ACTI-MENU, en tant que médiateur s’est parfois retrouvé dans une position de coopérateur plutôt que de gestionnaire assurant une certaine cohérence dans la campagne. Dans ce contexte, les relations partenariales se sont davantage retrouvées dans un registre de coopération que de collaboration ou de coalescence.
En savoir plus

15 En savoir plus

Le numérique au service de la santé

Le numérique au service de la santé

5 INTRODUCTION La France doit aujourd’hui faire face à des dépenses de santé qui ne cessent d’augmenter en raison du vieillissement de la population, de l’augmentation de l’incidence des pathologies chroniques, mais aussi, dues à l’augmentation des coûts liés au progrès médical. La conséquence est un déficit de plusieurs milliards d’euros dans les caisses de l’état et une mise en péril de notre système de santé et de son principe de solidarité à moyen terme. La régularisation du déficit de l’assurance‐ maladie représente donc un enjeu majeur, tant au niveau de la qualité des soins qu’au niveau de l’équilibre des finances publiques. De plus, d’importantes inégalités physiques, économiques et sociales persistent au sein de notre système de santé, notamment avec la présence de « déserts médicaux » qui nuisent à l’égalité d’accès aux soins. Enfin, de nombreux facteurs ont durci l’environnement de l’industrie pharmaceutique qui traverse depuis une dizaine d’années une crise de l’innovation induisant une remise en question de son modèle traditionnel. Le secteur de la santé est donc amené à se transformer en profondeur.
En savoir plus

107 En savoir plus

Show all 9511 documents...