sevrage tabagique prise en charge

Top PDF sevrage tabagique prise en charge:

Pépite | La prise en charge du sevrage tabagique à l’officine, rôle du pharmacien et expérience d’officinaux de la région des Hauts-de-France

Pépite | La prise en charge du sevrage tabagique à l’officine, rôle du pharmacien et expérience d’officinaux de la région des Hauts-de-France

La réalisation d’entretien de sevrage tabagique est une pratique longue et couteuse pour l’officine, une reconnaissance financière est une condition indispensable pour mettre en place ce dispositif et assurer sa longévité. Cette reconnaissance permettrait d’inclure cet objectif de santé publique dans l’exercice quotidien du pharmacien. Chaque année, l’État reçoit 15 milliards d’euros de taxes dus au marché du tabac, et si une partie de cette somme était allouée aux professionnels de santé comme les pharmaciens pour permettre la mise en place réelle d’entretiens de sevrage tabagique. Pour les mettre en place, le pharmacien se doit d’être parfaitement formé à la prise en charge du patient fumeur. Comme montré dans l’enquête réalisée, nombre d’entre eux sont intéressés par une formation complémentaire sous forme présentielle par un professionnel qualifié ou sous forme de e-learning.
Show more

190 Read more

Positionnement et stratégies d'interventions du pharmacien d'officine dans la prise en charge des patients fumeurs en vue de leur sevrage tabagique en France

Positionnement et stratégies d'interventions du pharmacien d'officine dans la prise en charge des patients fumeurs en vue de leur sevrage tabagique en France

Dans le contexte sanitaire français, où les déserts médicaux se font de plus en plus nombreux et où l’accès aux soins est souvent compliqué et parfois trop lent, l’idée d’une autorisation de prescription des TNS par les pharmaciens, de manière encadrée et dans des conditions particulières, est une solution envisageable dans les années à venir. Néanmoins, il faudra veiller à ce que les officinaux soient suffisamment formés au sevrage tabagique afin qu’ils connaissent les problématiques majeures qui se posent à leurs patients fumeurs durant cette période complexe et afin de leur permettre de reconnaitre les patients qui auront besoin d’une orientation spécifique. Une formation plus importante des équipes officinales était d’ailleurs déjà préconisée dans la revue des maladies respiratoires en 2003 après une enquête ayant révélé la sensation d’échec que ressentaient de nombreux pharmaciens confrontés aux demandes dans le cadre d’un sevrage tabagique et leur volonté de formation pour permettre une meilleure prise en charge de leurs patients (84). Cela pourrait passer par une généralisation des formations en tabacologie des pharmaciens lors de l’enseignement initial et continu et en ajoutant de nouveaux éléments aux référentiels des bonnes pratiques en pharmacie d’officine : désigner un référent en tabacologie, l’utilisation d’un espace de confidentialité, le recours à des outils types mis à disposition des pharmaciens…
Show more

183 Read more

Prise en charge individuelle du sevrage tabagique : les facteurs déterminants du sevrage.

Prise en charge individuelle du sevrage tabagique : les facteurs déterminants du sevrage.

tabacologues, nous avons effectué une analyse thématique des perceptions des femmes enceintes fumeuses face à l’arrêt, en fonction de leur statut tabagique. 16,3% (n=111) des femmes enceintes ont arrêté de fumer, 23,9% (n=163) ont maintenu une consommation tabagique et 59,8% (n=408) ne sont jamais revenues en tabacologie après leur première visite (perdues de vue). Au cours de la consultation initiale, 80,5% des femmes fumaient plus de 10 cigarettes par jour. La prise en charge proposée incluait la prescription de patchs, qui s’est avéré être un important facteur prédictif de l’arrêt : OR 2,78 (IC 95% 1,77 – 4,37). 25 des 100 femmes à qui l’on a proposé une combinaison de patchs et TCC ont arrêté de fumer (p=0.007). Les commentaires des tabacologues sur les femmes perdues de vue ont révélé qu’elles présentaient une faible motivation à l’arrêt malgré une offre de prise en charge : « Sevrage difficile en perspective car elle n’est pas dans l’envie personnelle, elle est plus dans l’obligation ». Elles souhaitaient maintenir une consommation tabagique, même réduite, afin de gérer le stress de la grossesse : « motivée à arrêter de fumer mais pas prête. A bien réduit sa consommation et voudrait pouvoir fumer quelques cigarettes qui permettent de gérer l'angoisse de mener à bien cette grossesse. ». Les femmes ayant un entourage familial ou professionnel fumeur craignaient de ne pouvoir rester abstinentes. Les tabacologues ont également noté le cas de femmes, perdues de vue ensuite, qui ne souhaitaient pas recevoir de TSN.
Show more

124 Read more

Sevrage tabagique en période péri-opératoire: bénéfices potentiels et modalités de prise en charge

Sevrage tabagique en période péri-opératoire: bénéfices potentiels et modalités de prise en charge

La prise en charge personnelle a peu d’effet sur le sevrage tabagique. Les conseils des médecins, pharmaciens, dentistes et infirmières ont un effet limité, mais précieux, sur le sevrage tabagique. Le soutien psychologique collectif s’avère utile. En raison de données insuffisantes, l’utilisation de la thérapie d’aversion et d’exercices physi- ques ne peut être considérée comme efficace. L’accompagnement intensif non médicamenteux semble plus efficace qu’un accompagnement moins intensif, mais il faut tenir compte de son coût. Enfin, il n’existe aucune preuve démon-
Show more

6 Read more

Stratégies du médecin généraliste picard dans le sevrage tabagique : influence du statut tabagique du médecin sur la prise en charge

Stratégies du médecin généraliste picard dans le sevrage tabagique : influence du statut tabagique du médecin sur la prise en charge

51 Discussion I. Forces et faiblesses de l’étude La question de l’influence du statut tabagique des médecins généralistes dans la prise en charge du sevrage de leurs patients est une question soulevée depuis une vingtaine d’années, parallèlement au renforcement des mesures visant à combattre le tabagisme. Dans la majorité des travaux antérieurs, cette influence était fréquemment abordée sous l’angle du conseil minimal. Ce travail avait pour ambition d’évaluer l’influence du statut tabagique du médecin sur la prise en charge globale, c’est-à-dire aux différentes étapes par lesquelles passaient leurs patients arrêtant de fumer.
Show more

70 Read more

Évaluer une prise en charge pluriprofessionnelle du sevrage tabagique en soins primaires chez les femmes enceintes. Élaboration d’un protocole de recherche. Maison de santé pluriprofessionnelle de Gaillon

Évaluer une prise en charge pluriprofessionnelle du sevrage tabagique en soins primaires chez les femmes enceintes. Élaboration d’un protocole de recherche. Maison de santé pluriprofessionnelle de Gaillon

46  Activité physique L’équipe a suggéré la mise en place d’un programme d’activité physique. Nous conseillerons aux patientes une activité physique mais celle-ci se fera de manière autonome et dépendra de la motivation personnelle de la patiente. Dans l’étude, d’Ussher et al., aucune différence significative n’a été constatée concernant l’abstinence tabagique à la fin de la grossesse entre le groupe activité physique (14 séances avec exercice sur tapis et consultation d’activité physique) et soutien comportemental versus groupe contrôle 30 . Les mêmes conclusions ressortent en dehors de la grossesse 31 . Peu d’études ont été réalisées sur ce sujet, mais il nous paraît important de le proposer, notamment en post-partum. En effet, la prise de poids est une des causes de rechute. Cependant, il semble complexe de créer des groupes d’activité physique. L’inclusion à des temps différents rend d’autant plus difficile la création de ces groupes. De plus, d’autres problématiques restent à résoudre : l’encadrement des groupes, la gestion des risques liés à l’activité physique. Il faudrait étudier la prescription du sport sur ordonnance dans ce contexte.
Show more

76 Read more

Évolution des pratiques de prise en charge des patients en sevrage tabagique depuis l'année 2000 : enquête auprès de 59 pharmaciens de Grenoble

Évolution des pratiques de prise en charge des patients en sevrage tabagique depuis l'année 2000 : enquête auprès de 59 pharmaciens de Grenoble

Il ressort de cette enquête que les pharmaciens interrogés sont conscients de l'importance du suivi et de l'attente des fumeurs, mais qu'il y a inadéquation avec leur disponibilité et[r]

145 Read more

Prise en charge du sevrage tabagique par le pharmacien d'officine

Prise en charge du sevrage tabagique par le pharmacien d'officine

 A quand les pharmaciens ? Depuis la loi HPST (hôpital, patient, santé, territoire), il est reconnu aux pharmaciens le droit de participer à des missions de santé publique ; on s’accordera pour dire que le tabagisme en est une. Il est donc important de se rendre compte que quelqu’un actuellement qui veut arrêter de fumer va plus facilement avoir accès à un pharmacien qu’à un médecin (d’autant plus dans les déserts médicaux qui ne cessent de croître). La prise d’un substitut nicotinique ne relève pas d’une expertise médicale mais plutôt d’une expertise pharmaceutique.
Show more

224 Read more

Quel est le point de vue des patients sur le suivi par une infirmière ASALÉE dans le cadre du sevrage tabagique?

Quel est le point de vue des patients sur le suivi par une infirmière ASALÉE dans le cadre du sevrage tabagique?

La prise en charge s'arrête lorsque les patients estiment être prêts "la dernière fois je lui ai dit c'est bon" (E3), certains la voient encore, presque un an après leur début de prise en charge. Pour certains, qui ne sont pas en sevrage tabagique, ils ont gardé les coordonnées et se rapprocheront de l'IDE quand la motivation sera présente : "je la recontacterais quand je serais prête" (E5). Ce que certains font puisque la participante 10 n'a pas arrêté lors de la première consultation et a recontacté l'IDE lorsqu'elle était motivée, elle était en sevrage lors de l'entretien.
Show more

40 Read more

Leviers et freins au sevrage tabagique chez la femme enceinte et dans le post partum

Leviers et freins au sevrage tabagique chez la femme enceinte et dans le post partum

35 CONCLUSION Notre étude avait pour but d’identifier les obstacles et leviers au sevrage tabagique chez les femmes enceintes et dans le post partum. L’identification de ces freins et leviers permet de mieux comprendre pourquoi les femmes enceintes sont encore nombreuses à fumer durant leur grossesse ou à rechuter en post partum malgré les interventions existantes. Il est donc indispensable de tenir compte de ces déterminants lors de la mise en œuvre de stratégies de sevrage tabagique. Les femmes doivent se sentir soutenues dans leur démarche et encadrées. C'est pourquoi, les professionnels de santé tels que les sages- femmes, gynécologues-obstétriciens et médecins généralistes, qui ont un contact régulier avec les patientes enceintes fumeuses sont dans une position privilégiée pour aborder le tabagisme, motiver et encourager un arrêt du tabac pendant et après la grossesse. Il ne faut pas négliger les interventions actuelles comme les traitements de substitutions nicotiniques, ou encore la thérapie cognitivo- comportementale. Il est également important d’étudier d’autres nouvelles stratégies potentielles telles que les incitations financières, les technologies mobiles et la cigarette électronique mais des preuves supplémentaires sont nécessaires afin de certifier leur efficacité et leur sécurité. Le tabagisme est un problème de santé publique majeur qu’il faut considérer comme une potentielle pathologie obstétricale et le combattre par une prise en charge pluridisciplinaire.
Show more

65 Read more

L'influence du statut tabagique des internes de médecine générale sur la prise en charge de leurs patients fumeurs

L'influence du statut tabagique des internes de médecine générale sur la prise en charge de leurs patients fumeurs

qui est le plus souvent étudié dans les portfolios des internes de la thèse de Toavina ANDRIAMAHEFA (87). V. L’influence du statut tabagique Notre étude montre que le statut tabagique des internes de médecine générale influence bien la prise en charge du sevrage tabagique. En effet, nous avons retrouvé une différence dans la prescription des substituts nicotiniques selon le statut tabagique de l’interne. Les internes fumeurs prescrivent moins souvent des substituts nicotiniques et certains d’entre eux ne les prescrivent même jamais contrairement aux internes non- fumeurs. Le sentiment de légitimité des internes fumeurs face au tabagisme de leurs patients est aussi plus faible. Nous pouvons considérer que les internes dépendants aux produits du tabac, auraient plus de difficulté pour aborder avec leurs patients eux même fumeurs, le tabagisme de ces derniers et le sevrage tabagique. De ce fait, la prescription des substituts nicotiniques serait d’autant moins fréquente que le sevrage tabagique est moins spontanément abordé par ces internes. Ce serait donc plus une gêne des internes fumeurs par rapport au tabagisme qu’un désintérêt de ces derniers sur le sujet car tous les internes considèrent que la tabacologie et la prise en charge du tabagisme ont une place importantes en médecine générale.
Show more

105 Read more

L'apport de l'hypnose médicale dans le sevrage tabagique : à propos d’un cas clinique

L'apport de l'hypnose médicale dans le sevrage tabagique : à propos d’un cas clinique

Le tabagisme est un problème de santé publique dans lequel les professionnels de santé ont un rôle à jouer. Dès lors que le chirurgien-dentiste formé ou non aux pratiques hypnotiques, s’implique dans le sevrage tabagique, il est en mesure d’intervenir à différents moments. La prise en charge du sevrage est un facteur décisif dans l’optimisation de traitements bucco-dentaires. La question du tabagisme doit être soulevée avec le patient. Elle concerne la prévention, le soutien de la motivation du fumeur désireux d’arrêter et le maintien de l’arrêt, mais aussi l’accompagnement des traitements. Grâce au questionnaire médical, le praticien peut dans sa patientèle, distinguer les fumeurs et les volontaires au sevrage. Ainsi, il leur apporte une attention particulière compte tenu des conséquences connues sur l’état de santé général et bucco-dentaire. Cela permettra, lors des échanges, de contextualiser le patient dans sa situation personnelle globale. Dès cet instant, le chirurgien-dentiste formé en hypnose pourra lui-même mettre en œuvre des outils du bagage hypnotique sans pour autant réaliser une séance d’hypnose formelle. Toutefois, dans le cadre d’une coopération pluridisciplinaire, il peut orienter son patient vers l’hypnothérapie pour son sevrage tabagique. Même si d’autres professionnels de santé sont plus qualifiés que le chirurgien-dentiste dans le domaine de la dépendance et du sevrage, il est en capacité de se former et d’accompagner son patient. Ce dernier peut donc combiner et s’approprier différentes approches pour faciliter son sevrage.
Show more

74 Read more

Prévalence du craving tabagique en salle de naissance et évaluation du besoin de prise en charge par substitution nicotinique

Prévalence du craving tabagique en salle de naissance et évaluation du besoin de prise en charge par substitution nicotinique

Ce risque est à prendre en compte, d'autant qu'on sait que 80% des patientes ayant réussi un sevrage au cours de la grossesse vont rechuter dans l'année et 30% juste après l'accouchement [3]. D'après la HAS, chez les femmes qui ont réussi le sevrage avant ou pendant la grossesse, il est recommandé d’anticiper le risque de rechute après la naissance de l’enfant, aux différentes périodes critiques (à la sortie de la maternité, après l’allaitement, à la fin du congé maternité, etc.) et chez celles qui ont continué à fumer il faut encourager l'arrêt. Il faut ainsi anticiper la sortie de la maternité en construisant un projet de prise en charge spécifique d’arrêt de la consommation du tabac, de façon à prévenir les rechutes [3].
Show more

42 Read more

Étude de la motivation au sevrage tabagique d'une population dans la grande précarité

Étude de la motivation au sevrage tabagique d'une population dans la grande précarité

Les facteurs qui construisent la motivation sont diérents de ceux retrou- vés dans la population générale. Le rôle du tabac dans la gestion du stress est prépondérant, plus que le soutien moral, le plaisir et la convivialité. Les facteurs extérieurs tels que le prix des cigarettes ou la pression sociale ne sont pas des facteurs prépondérants pour leur motivation. Il est important de noter également le fort niveau de dépendance et la diculté à se projeter dans le futur qui sont deux obstacles à la réussite du sevrage. Les aides à l'arrêt du tabac devront tenir compte de ces particularités et proposer une prise en charge globale. Celle-ci devra comporter un travail orienté sur le stress, les conditions de vie, les projets d'avenir et la revalorisation de soi. Le remboursement des substituts nicotiniques est nécessaire mais très largement insusant.
Show more

51 Read more

Pépite | L’aide au sevrage tabagique par les produits naturels : apport de la phytothérapie, conseils à l’officine

Pépite | L’aide au sevrage tabagique par les produits naturels : apport de la phytothérapie, conseils à l’officine

INTRODUCTION Le tabagisme est depuis des années la première cause de mortalité évitable en France(1). Problème majeur de santé publique depuis des décennies, aussi bien masculin que féminin, on peut remarquer une baisse du nombre de fumeurs quotidiens (2) ces dernières années grâce en partie aux mesures gouvernementales prises sur la hausse du prix du tabac, les paquets neutres et surtout en accordant un forfait annuel de prise en charge des substituts nicotiniques visant à établir un sevrage chez la personne désireuse d’arrêter la cigarette.
Show more

143 Read more

Évolution du rôle des professionnels de santé dans le sevrage tabagique : stratégies marketing et bénéfice de santé publique

Évolution du rôle des professionnels de santé dans le sevrage tabagique : stratégies marketing et bénéfice de santé publique

A partir des estimations de l’OMS, la CNAM a estimé, de la manière la mieux assurée, selon la Cour des comptes, la part attribuable au tabac des dépenses de soins remboursées en 2010 par le régime général au titre de certaines ALD : cancers, maladies cardiovasculaires et respiratoires, soit la somme de 5,6 milliards d’euros en 2010. La CNAM insiste sur le fait que « le résultat fourni reste encore une borne basse : en effet, d’une part certains coûts n’ont pu être intégrés faute de disponibilité des informations à un niveau de finesse suffisant ; d’autre part, n’ont été retenues que les pathologies pour lesquelles la fraction attribuable au tabac fait l’objet d’une évidence scientifique solidement établie ». Son estimation ne concerne, au demeurant, que la part des dépenses qui la concernent et prises en charge par les différents régimes de l’Assurance maladie ; or ces pathologies sont également à l’origine de dépenses dites « privées », supportées par les organismes d’Assurance maladie complémentaire et de restes à charge pour les patients notamment pendant la phase précédant le diagnostic et l’entrée en ALD. Ces dépenses n’entrent pas dans le présent calcul. La principale difficulté dans l’évaluation du coût des soins des conséquences du tabac réside dans la prise en compte des coûts des pathologies très répandues comme l’asthme, dont le coût unitaire semble anodin, mais s'avère important lorsqu’on le multiplie par le nombre de patients.
Show more

100 Read more

Intoxication au monoxyde de carbone au cours du sevrage tabagique associant les substituts nicotiniques à la cigarette électronique

Intoxication au monoxyde de carbone au cours du sevrage tabagique associant les substituts nicotiniques à la cigarette électronique

25 permettait pas de diminuer la mortalité globale ou pulmonaire liée au tabagisme, n’améliorait pas les symptômes de la BPCO, ni le déclin accéléré du VEMS. Ces « fumeurs difficiles » constituent une population hétérogène de gros consommateurs de cigarettes (≥ 15/j), très dépendants (FTND ≥ 7) en échec dans l’arrêt du tabagisme. Elle regroupe selon la terminologie anglo-saxonne les Hard-core smokers (HCS), peu motivés à l’arrêt et sans expérience de sevrage et les Heavy chronic smokers gros fumeurs dépendants en échec dans leurs tentatives répétées d’arrêt du tabagisme. Tous sont particulièrement exposés aux conséquences morbides induites par leur consommation (20). En revanche, Marjoria (21) et Polosa (22) ont souligné que dans le contexte des difficultés à l’arrêt du tabac éprouvées par de nombreux patients atteints de BPCO, l’e-cigarette dont la toxicité pour l’appareil respiratoire paraît moins importante que celle de la fumée de cigarette, pouvait représenter une solution permettant de réduire la fréquence des exacerbations, y compris en cas de consommation tabagique résiduelle. Ces études de faibles effectifs ne remettent pas en cause les conclusions faites par un groupe d’experts français qui recommandent un usage exclusif de l’e-cigarette chez les fumeurs atteints de BPCO (23). Ces patients doivent justifier d’une prise en charge médicale spécifique et la réduction de consommation peut préparer l’arrêt ; le maintien d’un tabagisme résiduel qui ne s’accompagne pas d’une diminution significative des risques pour la santé ne peut pas être une finalité (24) et d’autant plus qu’il n’y a aucune preuve que la réduction de la consommation de tabac sur une durée voisine de dix ans diminue le risque de mortalité en lien avec le tabagisme (25). La fumée de tabac et/ou la nicotine présente dans cette dernière sont à l’origine de phénomènes inflammatoires, auto- immuns ou de déficits immunitaires pulmonaires (26). Dernièrement, des travaux expérimentaux ont mis en évidence que l’exposition à des aérosols de e-cig contenant de la nicotine pouvaient affecter la fonction des macrophages alvéolaires humains (27), provoquer des phénomènes inflammatoires bronchiques sévères (28,29) et induire des infections bactériennes ou virales létales sur un modèle murin (30).
Show more

37 Read more

Sevrage tabagique en médecine de premier recours : point de vue des patients consultant les infirmières ASALEE

Sevrage tabagique en médecine de premier recours : point de vue des patients consultant les infirmières ASALEE

Allez vous poursuivre la prise en charge ? Oui. J’espère que je vais me sortir de ça, comme je disais à l’infirmière, rien n’est gagné. Il n’y a pas que le tabac, il y a beaucoup de choses qui engendrent…. Pourquoi…. Il y a l’ennui, il y a beaucoup de choses. Le psychologique c’est énorme. Quand on est pas bien, quand on a des soucis. Mais maintenant il y a des choses qui me motivent à arrêter. Et après, j’ai des gros gros soucis avec mon fils, qui lui, malheureusement, n’est pas que dans la cigarette. Donc bon, il est suivi, je suis allée voir le médecin, il est suivi par une association, je me dis que pour que lui il ai l’envie d’arrêter aussi, pour que lui il ait envie de s’en sortir, il faut que moi aussi je fasse des efforts.
Show more

107 Read more

Étude qualitative auprès de médecins généralistes de Marseille : vécus et représentations de l'aide au sevrage tabagique

Étude qualitative auprès de médecins généralistes de Marseille : vécus et représentations de l'aide au sevrage tabagique

E : Au niveau de la prise en charge financière, vous avez des choses à me dire à ce sujet ? I : Ben au niveau de la prise en charge financière, la sécu fait cinquante euros pour la première consultation. Donc ça je leur dis, ils le font. On fait une ordonnance à part quand on fait plusieurs ordonnances. Et là je viens d’apprendre que pour le tabac, parce que j’ai la sécu qui m’a appelé pour la BPCO, donc tabac machin, et pour les femmes enceintes c’est cent cinquante euros au lieu de cinquante euros. Je viens de l’apprendre, je l’ai appris mardi. Voilà donc on le propose aussi quoi. Si ça peut… ça peut être un petit plus, ça peut être un petit facteur déclenchant. En tout cas je leur dis systématiquement. Ça en revanche il y a longtemps que je leur dis, c’est que après on partage les bénéfices de l’arrêt du tabac. Parce que franchement là ils gagneraient des ronds. Je lui dis « tu me donnes que dix pour cent, moi ça me suffira, de tes bénéfices ». Il y a un jeune il y a longtemps, il disait « plus tard je voudrais me payer une moto », je lui ai dit « avec tout l’argent qui part en fumée », parce là c’est vraiment le cas de le dire, je lui ai dit « la moto tu te la paye dix fois ». Et il a réalisé que c’était vrai, alors est-ce que c’est mieux je sais pas, parce que s’il se tue en moto, c’est pas mieux (il rit). Mais bon après on peut pas non plus… Mais en tout cas l’aspect financier n’est pas négligeable. Et le petit coup de pouce de la sécu, c’est rien mais ça peut être un petit truc intéressant. Ben c’est les petites choses, mis bout à bout, qui peuvent faire… c’est toujours mieux que rien hein.
Show more

235 Read more

Intérêt de la réalisation régulière de spirométrie et de test au monoxyde de carbone dans le sevrage tabagique en médecine générale

Intérêt de la réalisation régulière de spirométrie et de test au monoxyde de carbone dans le sevrage tabagique en médecine générale

Dans les stades de maturation vers l’arrêt du Tabac de Prochaska (Annexe 8), ils passent du rôle de fumeur satisfait à celui du patient envisageant de s’arrêter, soit du stade de pré- intention à l’intention d’arrêter. Nous n’avons pas interrogé les patients sur les intentions futures, pensaient-ils poursuivre de manière intensive une prise en charge vers le sevrage tabagique, comme cela a été le cas durant l’étude où les examens complémentaires et les consultations dédiées au tabagsime semblaient très bien tolérées, ou souhaitaient-ils se préoccuper seulement des motifs habituels de consultation et en laissant de côté la prise en charge du sevrage ? Nous n’avons pas non plus recherché les conséquences de la réalisation de nos tests, y avait-il des conséquences psychologiques, négatives au fait d’avoir des résultats péjoratifs aux examens, ou au contraire des effets psychologiques positifs, a avoir des examens rassurants ?
Show more

133 Read more

Show all 5258 documents...